mardi 29 septembre 2020
Accueil | Société | Reconstruction du Mali : Le M5-FRP propose une Charte de transition politique

Reconstruction du Mali : Le M5-FRP propose une Charte de transition politique

Suite à l’évolution de la mutinerie du mardi 18 août dernier ayant conduit à l’arrestation du président IBK et de son régime par les mutins du Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP), La Commission du Cadre de Réflexion Stratégique (CRS), membre du M5-RFP apporte sa proposition pour la reconstruction du Mali. C’était hier mercredi 19 août 2020.

Dans le cadre de la reconstruction du Mali, La Commission du Cadre de Réflexion Stratégique (CRS), membre du M5-RFP a formulé des propositions pour une transition politique pacifique, efficace et consensuelle, afin de donner comme objectif l’avènement de la 4e République, la gestion rigoureuse des biens de l’État et la résolution rapide des crises sociales et de la crise multidimensionnelle. Ainsi, elle permet d’associer toutes les sensibilités politiques, sociales, syndicales et culturelles à la gestion du Mali.
À cet effet, les grandes lignes seront entre autres : « la réduction du budget de fonctionnement à la présidence de la République, à la primature et au niveau des organes législatifs ; la dissolution du Conseil économique social et culturel, de la Haute Cour de Justice, du Haut Conseil des Collectivités Territoriales, la dissolution des Assemblées Régionales et des Conseils de Cercles ; pendant la transition politique, tous les fonctionnaires des collectivités territoriales prendront le statut des fonctionnaires de l’État ; la loi 04-051 portant organisation de la défense nationale sera mise intégralement en application pour permettre à l’État de procéder à la réquisition conformément à la loi qui va instituer la mise en place d’un comité interministériel de défense sous la responsabilité de la primature ; le service de la sécurité d’État va disparaitre pour éviter les confusions, la Défense opérationnelle du territoire appelé DOT se chargera de tous les renseignements militaires et sécuritaires ; les membres des organes législatifs auront le 1/3 des indemnités parlementaires ; il n’y aura pas d’immunité parlementaire ni ministérielle, la justice malienne fera son travail dans l’indépendance totale ; la transition politique organisera un dialogue social pour résoudre les revendications syndicales de façon harmonieuse et en fonction de la convention de la convergence de la CEDEAO ; le gouvernement de transition politique procédera à l’audit des dettes du Mali, de l’Audit du patrimoine de l’État, de l’audit de l’or du Mali et de l’audit des fonds d’aide au développement ; la transition politique va accélérer le processus de financement des 800 projets financés par la BAD et autres ; la transition politique travaillera sur l’opérationnalisation des nouvelles régions créées en plus des cercles et des communes et procéder à un recensement géographique et la création de bases de données à tous les niveaux ; une base de données de tous les jeunes diplômés sans emploi et de toute la jeunesse malienne ; la transition politique mettra en place des agences de développement régional pour la planification des contrats plans dans toutes les régions pour appuyer la nouvelle forme de décentralisation sur la base des réalités de chaque région ; la transition politique créera les conditions pour une école publique pour tous et de qualité et des services de santé de qualité permettant la prise en charge de tous les maliens du président de la République au citoyen lambda ; la transition politique traitera la question de l’accord d’Alger et les problèmes de la région de Mopti et de Kayes ; la transition politique mettra des mécanismes de protection de la presse malienne et accordera un financement de taille à la presse privée et publique ; et à la fin de la transition politique le Mali aura une armée républicaine institutionnalisée et les groupes d’auto défense vont disparaitre. Le Mali aura également un organe unique de gestion des élections, un fichier électoral purgé des tares, une nouvelle constitution qui diminuera considérablement le pouvoir du nouveau président et détachera la gestion de l’administration des emprises politiques. Le peuple sera impliqué dans la gestion du pays à travers une nouvelle société civile et la pratique politique respectera à des normes pour rehausser et moraliser la vie politique ». Aussi, il a recommandé que les ressources de l’État soient réparties de façon équitable.
Aïssétou Cissé

Malick Diancoumba

Voir aussi

3e Édition de la Formation sur la Police des Nations Unies : Dix-sept éléments des forces de sécurité certifiés dans le renforcement des capacités opérationnelles

Le Directeur Général de l’École de Maintien de la Paix, le Général de Brigade Mody …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils