vendredi 25 septembre 2020
Accueil | Société | Meeting de soutien au CNSP : Après un ultimatum de la CEDEAO

Meeting de soutien au CNSP : Après un ultimatum de la CEDEAO

Avant-Hier, des milliers de personnes étaient au boulevard de l’indépendance pour scander leur soutien au CNSP, surtout à une période où la population se divise sur la question de la présidence de la transition. Cependant, à l’autre bout du fil, l’institution sous régionale a donné un délai qui prendra effet à partir du 15 septembre 2020, aux militaires de rendre le pouvoir aux civils pour éviter un durcissement des sanctions contre le pays. 

 

Serait-il un message envoyé aux chefs des États de la Cedeao que ce meeting de soutien au CNSP fut organisé ? Au premier regard, c’est ce qui ressort  d’autant plus que depuis le putsch du 18 août 2020, des Maliens ne cessent de montrer leur intention à une transition militaire.  Des associations ou  groupements associatifs ont même vu le jour. Tel que le mouvement du 4 septembre, même ce qui n’était pas pour le Coup d’État se rallier à leur cause. Tout cela aussi n’est pas anodin; les militaires auraient peut-être l’intention de diriger la transition même si après le 18 août dernier, ils ont déclaré « qu’ils ne sont pas là pour le pouvoir… » Mais leurs actes montrent malheureusement le contraire, à commencer par la publication d’un acte fondamental N°001 du 24 août 2020 sans l’avis du peuple et même de ce qui était  à l’aune du commencement.  Et aussi par le fait de vouloir prendre des décisions unilatérales sur l’organisation des concertations nationale. Maintenant, et avec la tenue de ce meeting du 8 août dernier au boulevard de l’indépendance. En tout cas pour le moment nul ne connait le nom ou l’entité qui dirigera la transition. Nous sommes tous dans le vide. D’autant plus que les militaires malgré des actes incohérents savent bien ce qui les attend, s’ils décidaient de prendre le pouvoir. Notamment les jeunes du M5 – RFP, mouvement des forces patriotique sont déterminés de sortir si les militaires essaient d’aller à l’encontre de l’avis du guide spirituel du mouvement Mahmoud Dicko, qui les a recadrés une première fois. En dépit de tout cela, ils sont cernés par les sanctions de la CEDEAO, de l’ONU et de l’UE, presque tous les partenaires financiers ont battu en retrait au risque de jeter leur argent par la fenêtre.  Dirigera ou non, depuis hier, le rapport final de la concertation Nationale qui s’est ouverte dans capitale et dans toutes les grandes villes du pays le 5 septembre 2020, est entre les mains du CNSP, et son contenu fera objet d’une rencontre entre le CNSP et les mêmes forces vives de la Nationale dans la journée d’aujourd’hui  au CICB qui fera traire toutes les tentations au sujet de celui qui dirigera la présidence de la transition.

 

Lansine Coulibaly

 

Malick Diancoumba

Voir aussi

Le flou autour du Collège transitoire : contradiction ou incohérence   

Le collège transitoire pour la désignation du président de la transition n’a pas cherché très …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils