mardi 1 décembre 2020
Accueil | International | Madagascar et la lutte contre le covid-19 : Que cache l’OMS ?  

Madagascar et la lutte contre le covid-19 : Que cache l’OMS ?  

Depuis l’annonce de l’efficacité du remède trouvé par le Madagascar contre le virus de Covid-19, plusieurs pays africains sont passés à l’acte pour faire des commandes. Le président Andry Ranoelina a montré au monde ses valeurs locales. Depuis, l’OMS hésite sur l’efficacité de ce remède. Que cache donc l’OMS ?

Lors de sa récente sortie à propos de son remède contre la pandémie à Coronavirus, le Président Andry Ranoelina n’est pas allé avec le dos de la cuillère, il a expliqué très clairement ce qu’il attendait de l’Afrique, et ce à quoi il aspire pour cette crise sanitaire mondiale pour son peuple, l’Afrique et le monde entier. Sauver l’humanité de cette sombre maladie est objectif de ce pays d’île de Nosy-Be à 587 041 km2. Mais quoi de mieux pour nous, les Africains. Il y aura toujours quelqu’un pour porter la porte-flambeau de tous les fléaux auxquels l’humanité ferait, bénéficiant du fruit de nos efforts. Alors, cela dit, que le Continent doit se réveiller davantage pour nettoyer les salives auxquelles le monde est touché actuellement. Selon le président de Madagascar, Andry Ranoelina, l’Europe a créé des organisations avec le désir que les Africains restent dépendants d’eux. C’est pourquoi il retire son pays de l’Organisation mondiale de la santé dans le cadre de la lutte contre la pandémie à Coronavirus. Et c’est avec une colère bleue qu’il l’a dit : « L’Afrique a trouvé un médicament contre le virus Corona, mais l’Europe pense avoir le monopole de l’intelligence en tant que telle et refuse de le reconnaître. À partir d’aujourd’hui, nous ne sommes plus membres de l’Organisation mondiale de la santé, » a-t-il martelé. Est-ce pour dire que les accusations proférées par Andry sont fondées ? C’est la question que chacun de nous serait en droit de se poser. Quelle serait la volonté de l’Occident à l’issue de cette crise sanitaire mondiale ? Et ce n’est pas tout. Rajoelina aurait déclaré que l’Organisation mondiale de la santé, l’OMS lui avait offert 20 millions de dollars pour mettre un peu de toxiques dans leur médicament contre le coronavirus alors que les Européens pirataient le même remède. Ainsi le président malgache exposerait l’OMS à de grosses irrégularités aux yeux du monde. Rajoelina a prévenu les Africains : « Soyez vigilants, l’Organisation mondiale de la santé à laquelle nous nous sommes joints en pensant que cela nous aidera, est là pour tuer des Africains. » « Mon pays, Madagascar, poursuit-il, a trouvé un remède contre le coronavirus, mais les Européens m’ont dit un projet de 20 millions de dollars pour mettre des toxines dans ce remède afin de tuer mes amis africains qui l’utiliseront. Je demande à tous les Africains de ne pas utiliser leur vaccin contre le coronavirus, car il tue. Venez à Madagascar vous qui êtes malade, mon pays est prêt à vous recevoir avec enthousiasme. Notre remède est de couleur jaune, n’achetez pas celui de couleur verte, celle de la couleur verte vient d’Europe, les Européens ont piraté notre remède, ils ont mis des poisons pour ne tuer que les Africains comme ils le voulaient avec les vaccins que nous protestons. »Puis il ajouta: « s’il vous plaît, partagez ce message, car il est urgent, ils ont piraté nos médicaments, je veux que tous les Africains le sachent, s’il vous plaît ne gardez pas ce message avec vous, partagez!

En effet, on espère que cet exploit qu’a réalisé le président Andry Rajoelina soit un bonheur pour le continent africain. Et son courage est un exemple à suivre pour les dirigeants africains, soucieux du devenir du continent.

Moriba DIAWARA

Malick Diancoumba

Voir aussi

Agression de Michel Zecler : la garde à vue des quatre policiers prolongée

Ces quatre policiers, suspendus depuis jeudi de leurs fonctions, font l’objet d’une enquête pour « …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils