jeudi 6 mai 2021
Accueil | International | Lancement de la Campagne sur la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies: Vers une mise en œuvre des acquis   

Lancement de la Campagne sur la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies: Vers une mise en œuvre des acquis   

 

La ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Bintou Founé Samaké a présidé la cérémonie de Lancement de la Campagne sur la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies.  

 

C’était le samedi 17 avril 2021, au CNDIFE en présence de la représentante de l’Unité Genre de la MINUSMA, Mme Kadi Sall, de l’Envoyée Spéciale de L’ONU Femmes, Mme Faida Mwangilma et du Président de la CNDH, Aguibou Bouaré ; entre autres.  

À l’entame, la présentation de la Résolution 1325 sur les Femmes, Paix et Sécurité, et du Plan d’Action du Mali explique largement les réalisations majeures faites en faveur des femmes, mais aussi des difficultés qui entravent leur épanouissement. C’est pourquoi MUSONET : Réseau de Développement et de Communication des Femmes maliennes, point focal de FEMNET au Mali trouve impérative cette campagne de sensibilisation adoptée par le Conseil de Sécurité des Nations Unies, le 31 octobre 2000. Elle permet de renforcer leur connaissance sur les quatre piliers du plan d’Action au Mali.   

« Cette Campagne qui débute ainsi malgré la recrudescence de la Covid 19 entend s’étendre dans les régions du Nord et du Centre, pour sensibiliser davantage les populations (hommes et femmes) de la nécessité de l’implication des femmes dans la gestion et la résolution des Conflits à tous les niveaux avec la collaboration des hommes.   

MUSONET, dans sa lutte pour l’égalité des sexes et la prise en compte des droits et des besoins spécifiques des femmes et des filles, bénéficie de l’appui technique de l’Union Européenne, d’ONU Femmes et d’OXFAM  

Selon elle, le Mali traverse depuis 2012 et encore le conflit le plus tragique de son existence. « Parmi les conséquences de la crise sur les femmes, les violences sexuelles sont de loin les plus dévastatrices. Toutes ces exactions ; crimes et autres violences des droits des femmes et des enfants observés pendant cette crise viennent de confirmer une fois encore, qui sont les victimes privilégiées des conflits armés », a-t-elle martelé.  

La représentante de la MINUSMA et du Système des Nations-Unies, Mme Sall a, pour sa part, déclaré que, la Résolution 1325 sur les Femmes, la Paix et la Sécurité, a été adoptée le 31 octobre 2000 à l’unanimité, par le Conseil de Sécurité de Nations Unies.   

À l’en croire, ladite résolution est un instrument dans lequel le Conseil de Sécurité des Nations Unies reconnaît, la nécessité de tenir compte de la perspective de genre et des besoins spécifiques des femmes et des filles à tous les niveaux du traitement des conflits et de la recherche de la paix.   

« En réponse aux pressions persistantes de la société civile, le Conseil de sécurité des Nations Unies (ONU) a adopté dix résolutions sur « femmes, paix et sécurité, qui sont : 1325 (2000) ; 1820 (2009) ; 1888 (2009) ; 1889 (2010) ; 1960 (2011) ; 2106 (2013) ; 2122 (2013) ; 2242 (2015), 2467 (2019) et 2493 (2019) », a-t-elle évoqué.   

Elle dira que, ces résolutions composent l’agenda femmes, paix et sécurité, et guident les travaux visant à promouvoir l’égalité des sexes et à renforcer la participation, la protection et les droits des femmes tout au long du cycle de conflit, de la prévention des conflits à la reconstruction post-conflit.  

 

Quant au ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Bintou Founé Samaké, elle a affirmé que le Gouvernement se bat pour mettre en œuvre les acquis de cette résolution. Elle dira que : « cette initiative de MUSONET et de ses partenaires va contribuer au renforcement des connaissances des Organisations locales de défense des Droits des femmes et des filles, de leurs plateformes, alliances et réseaux, sur la Résolution 1325 qui met l’accent sur la participation des femmes dans la prévention, la gestion, la résolution des conflits et dans le maintien de la paix.  

Pour atteindre ces objectifs assignés, précisent les initiateurs, les défis majeurs comme la dégradation de la situation sécuritaire, les statuts politiques et institutionnels, la faible représentativité des femmes dans les instances de décision sont à relever.  

 

Aïssétou Cissé  LE COMBAT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Rapport annuel d’Amnesty International sur le recours à la peine de mort en 2020:  » Une diminution des condamnations et d’exécutions à travers le monde de 36%, le plus bas depuis 10 ans  »  

  Amnesty International Mali a rendu public son rapport mondial sur les condamnations à mort …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils