mercredi 30 septembre 2020
Accueil | Société | LA MARCHE DU 5 juin 2020 : S’achemine-t-on vers la fin du régime du Président de la République ?  

LA MARCHE DU 5 juin 2020 : S’achemine-t-on vers la fin du régime du Président de la République ?  

Sans doute, la manifestation du 5 juin a fait trembler le régime actuel. C’est ce genre d’actions qui pourraient faire changer la donne au Mali. En effet, les risques sont très grands face à une sortie musclée comme ce fut le cas ce vendredi dernier sur la place de l’indépendance. S’achemine-t-on vers la fin du régime du Président IBK ?

Sous un ciel largement constellé, voilé de noir avec des auspices affichés en plein air, les Maliens sont sortis en dizaine de milliers pour demander la démission du Président de la République, Ibrahim Boubacr Keita. Ce qui augure un régime qui s’annonce sombre ou mieux, la fin.

Des étoiles de colère qui submergent à fond le cœur de nombreux Maliens et un Président désormais voué aux gémonies de son peuple qui a souffert dans son for intérieur seraient très préoccupants. De toute évidence, c’est ce que l’on peut retenir de cette journée du 5 juin 2020. Un vendredi, pas comme les autres, qui a tenu toutes ses promesses. Des milliers de manifestants se sont réunis à la place de l’indépendance pour écouter le message du très influent l’Imam Mahmoud Dicko et des mouvements et associations politiques qui se sont joints à lui pour dénoncer la réalité du   pays. Comme pour dire qu’entre le peuple du Mali et son Président les amarres du navire ne semblent plus tenir au point fixe. L’insécurité fatale, la corruption devenue une obsession, les arrestations multiples, la gestion catastrophique du pays, etc. Bien de raisons évoquées pour le faire partir. Ainsi, à travers cette manifestation, l’Imam Dicko et ses poursuivants veulent mettre la pression sur le Chef de l’État afin qu’il rende le tablier en quittant sa fonction de Président de la République. « Je suis content, mais pas satisfait », dira Oumar Mariko, puisque lui, ne désire autre chose que la chute du régime du Président IBK. S’achemine-t-on vers la fin du régime du Président Kéïta ? C’est du moins la question que chacun des Maliens serait en droit de se poser à l’heure actuelle. IBK a failli, disent les uns, il n’est plus apte à continuer à gérer ce pays, appuient les autres. C’est en tout cas, ce que l’on a pu constater à travers nos sondages. On imagine qu’IBK là où il se trouve, les sueurs de son front colleraient sous le vent et le climatiseur de sa demeure. Car à présent, ce peuple qu’il a toujours ignoré veut prendre son destin en main en demandant tout simplement la dissolution de toutes les institutions ; à commencer par la présidence de la République. Nous dirons ainsi que la braise du feu sonnerait à la fameuse porte de Koulouba. Contre un vent et un feu, IBK ne s’en sortirait probablement pas par la couverture de ses rideaux qui l’entourent dernière sa porte.

Face à cette violente braise, c’est Dieu seul qui peut sauver son pouvoir. Or ce Dieu est aussi celui des Maliens. De toute évidence, la lutte continue, car les manifestants ont tenu à renouveler leur combat pour le changement, et cela à travers un communiqué rendu public ce 6 juin dernier par  le Front pour la Sauvegarde de la Démocratie (FSD) Espoir Mali Koura (EMK) et Coordination des mouvements, associations et Sympathisants de l’Imam Mahamoud Dicko (CMAS) : « constatent l’expiration de l’ultimatum adressé à monsieur le président de la République Ibrahim Boubacar Kéïta, et réitèrent leur détermination à faire aboutir cette juste exigence du Peuple ; demandent, en construction, à toutes les Maliennes et à tous les Maliens, de l’intérieur et de la diaspora, de rester mobilisés et attentifs aux mots d’ordre qui suivront de façon imminente. », lit-on dans cedit communiqué. En somme, le peuple du Mali n’étant pas un peuple soumis selon l’Imam Dicko, il est tout à fait dans son droit de demander réparation après tant de souffrance.

Moriba DIAWARA

Malick Diancoumba

Voir aussi

Gouvernement de transition : le tambour bat à cœur ouvert

Le gouvernement de transition, décisif durant la période de 18 mois, sera bientôt formé pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils