lundi 21 septembre 2020
Accueil | Société | Chérif Chouala Bayaya Haïdara à propos de la marche du 05 juin : « Ce que je craignais est finalement arrivé… »

Chérif Chouala Bayaya Haïdara à propos de la marche du 05 juin : « Ce que je craignais est finalement arrivé… »

Dans une vidéo largement diffusée sur la toile au lendemain du vendredi 05 juin dernier, Bayaya Haïdara a réagi à la manifestation. Le Chérif de Chouala déplore les affrontements entre certains manifestants et les forces de l’ordre tout en leur mettant en garde ces individus mal intentionnés.

 

Chouala Bayaya a introduit son intervention : « Ce que je craignais est finalement arrivé. Le sang a coulé. Je m’adresse aux musulmans et aux nobles personnes. J’ai averti les uns et les autres, des risques que court notre pays face à cette manifestation. Le prophète Mahomet (PSL) a dit celui qui sera la cause d’une tragédie, aura la malédiction de Dieu. »

La tentative d’évasion à la prison centrale de Bamako, a éveillé le soupçon du Chérif : « Les prisonniers ont tenté de s’évader, il y a eu des dégâts, plusieurs victimes ont été constatées, cinq personnes ont péri. C’est la marche qui a provoqué cela, les prisonniers ont aussi profité. Quelqu’un serait-il à la base de cette tentative d’évasion ? Une enquête doit être ouverte pour déterminer les causes de cette tragédie. » Puis, il enchaine : « L’Imam qui voudrait détrôner le Président fait un acte de trahison envers Dieu, de même qu’un prêcheur le tente. Nous ne considérons pas les propos des ignorants comme Choguel Maïga, Mountaga Tall, etc. Ce sont eux, qui demandent la démission de IBK. Celui qu’on veut entendre c’est Dicko, mais personne n’a entendu le mot démission dans la bouche de l’Imam Dicko. Je ne suis pas contre Dicko. Mais ce qui n’est pas normal, je me dois de l’empêcher de se faire, et vice versa… Le pays est en péril, c’est la  raison pour laquelle nous nous sommes levés pour dénoncer cette situation. »

Face à la situation, Chouala éprouve son inquiétude pour l’avenir du Mali : « Le Mali risque de régresser de 20 ans si IBK démission. Le putsch de 2012 par le Capitaine Amadou Haya Sanogo a fait perdre à notre pays plus de 80 pour cent des partenaires internationaux. » Des propos qui démontrent que la peur est de l’autre côté. Pourquoi autant d’agitations ?

D’ailleurs, Mahamoud Dicko a terminé par des propos très poignants qui sont dans toutes les conversations : « Je le dis à qui veut l’entendre, IBK, Koro, comme le dit l’autre, il faut qu’on gère ça dans la dignité sinon il verra quelque chose qui sera raconté dans les annales de l’histoire du Mali ».  En réponse à cela, le Chérif de Chouala dira que : « Il s’est trompé à ce niveau, il ne peut pas changer la nature des choses. Cela est un fait de Dieu. » Avant de terminer en soutant que la démission du Président ne contribuera pas au développement de ce pays.

Moriba DIAWARA

Malick Diancoumba

Voir aussi

TRANSITION POLITIQUE AU MALI : vers un bras de fer CNSP/CEDEAO ?

Comme il fallait s’y attendre, la CEDEAO aura pris le contre-pied des résolutions prises par …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils