jeudi 1 octobre 2020
Accueil | Société | La charte de Transition du CNSP : Le CNSP rebroussera-t-il chemin ? 

La charte de Transition du CNSP : Le CNSP rebroussera-t-il chemin ? 

L’acte fondamental N°001/CBSP du 24 août 2020 publié dans le journal officiel de la République du Mali a fait l’objet de nombreuses critiques sur la scène politico-sociale. Le Comité National pour le Salut du Peuple a choisi le Colonel Assimi Goïta comme Chef d’État.

 

Dans son article 32, titre IV du président du Comité, de l’Acte fondamental de Transition, le CNSP stipule que : « Le Comité national pour le Salut du Peuple désigne en son sein un Président qui assure les fonctions de Chef de l’État. Lorsque le Président du Comité est empêché de remplir ses fonctions, de façon temporaire ou définitive, ses pouvoirs sont exercés par un Vice-Président suivant l’ordre de préséance déterminé par le comité. » Cette autoproclamation ne s’est pas passée sous le nez des politiques et de la Société Civile malienne. Elle aura déplu plus d’un ; notamment l’Imam Dicko, l’éclairé, l’autorité morale et le guide de la révolution du M5-RFP, par qui la chute du régime du Président IBK est partie.

Hélas, sans être consultés dans le cadre de l’élaboration de la charte de Transition que CNSP a, en catimini mis en place leur Président, ce qui a attiré les grands esprits de ce pays qui espèrent le changement et une refondation de la nation malienne. L’Imam Dicko dont la position a été relayée par l’un des membres influents Issa Kaou Djim.  Rebrousseront-ils chemin ? En laissant surtout tomber l’acte fondamental N°001 du 24 août 2020 qu’ils ont élaboré. La grosse question qui mérite évidemment des réponses en ces temps-ci. Mais difficile de le dire, à notre avis, mais avec les tractations qui semblent être en cours en ce moment avec les forces vives de la Nation, permettront sans l’ombre d’un doute de trouver un compromis afin de mettre en place l’ossature parfaite et apte à diriger la Transition politico-civile. En tout cas, c’est qu’espère la Cedeao, une Transition dirigée par un civil ; et avec une durée de 12 mois, qui aura pour mission de redresser le pays en organisant des élections et les projets futurs immédiats du Mali. Ce qui est sûr, la politique transitionnelle de notre pays sera évidemment écrite dans les annales. L’enjeu autour du plan de Transition en gestation sera l’un des points prépondérants pour l’avenir du Mali. Le choix de personne. L’avenir nous le dira.

Moriba DIAWARA

 

Malick Diancoumba

Voir aussi

Gouvernement de transition : le tambour bat à cœur ouvert

Le gouvernement de transition, décisif durant la période de 18 mois, sera bientôt formé pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils