mardi 26 janvier 2021
Accueil | Société | Imam Mahmoud DICKO “Nous voulons que la manifestation du mardi 11 août 2020 soit inscrite dans l’histoire du Mali’’

Imam Mahmoud DICKO “Nous voulons que la manifestation du mardi 11 août 2020 soit inscrite dans l’histoire du Mali’’

Il était bien présent pour passer le message. Il s’agit bien de l’imam Mahmoud Dicko, l’autorité morale et patron de la CMAS. Il a tenu, hier dimanche 9 août, au siège de la CMAS un point de presse au cours duquel il a appelé les Maliens à sortir massivement le mardi 11 août prochain pour réclamer la démission du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta.

La démission revient sur la table cette fois-ci plus insistante que jamais. Il prend de cours tous ceux qui pensaient que la rupture entre l’Imam et le M5-RFP est consommée.
« J’ai décidé d’être là pour appuyer la conférence de la semaine passée. C’est pour dire que la décision prise pour la sortie du mardi prochain est une décision collégiale. Nous voulons que la manifestation du mardi prochain soit inscrite dans l’histoire du Mali». C’est en ces termes que l’Imam Mahmoud Dicko, autorité morale du Mouvement du 5 juin Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) a entamé sa conférence.
Dicko vient de mettre un terme aux spéculations sur sa relation et sa vision avec le M5-RFP dont il est un acteur de premier plan. À travers ce point de presse, l’ancien président du Haut Conseil Islamique veut inciter les Maliens à sortir massivement le mardi 11 août pour réclamer la démission du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta et celle de son régime. La sortie de l’Imam Dicko sonne comme une réponse à ceux qui affirmaient qu’il avait pris ses distances avec le M5-RFP. Ceux-ci doivent revoir leur copie.
L’imam Mahmoud Dicko a été on ne peut plus clair et dur envers IBK et son régime. Il a une fois encore critiqué la gouvernance du Mali par le régime actuel. « Ce pays est tellement mal gouverné que nous ne devons et ne pouvons plus nous taire », a-t-il martelé. Il n’a pas non plus manqué la France à l’occasion de sa sortie. Il a envoyé des flèches bien aiguisées à l’ancienne puissance colonisatrice. Il accuse Paris d’ingérence dans les affaires intérieur du pays en soutenant le maintien au pouvoir de l’actuel, Premier ministre, Dr Boubou Cissé.
« Le sort du Mali ne peut pas se décider dans les ambassades et les chancelleries, ce n’est pas à la France de nommer un Premier ministre malien » fustige l’Imam ajoutant même que « certains ministres ont demandé son avis avant de rentrer dans l’ancien gouvernement de Boubou ». Et de conclure que cette fois, ils sont rentrés sans en parler. « Mais, récemment, ils ont plongé dans le gouvernement restreint sans mon avis. »
« Désormais, je vais commencer à parler nommément », a-t-il prévenu

Pour terminer, l’Imam Mahmoud Dicko a demandé aux jeunes du M5-RFP d’éviter tout dérapage le jour de la manifestation.
Mais bien avant, Mme Sow Kadiatou Sy avait averti elle aussi en ces termes : « tout membre du M5-RFP qui acceptera de rejoindre le gouvernement d’IBK aura trahi le Mali »
Bourama Kéïta

Malick Diancoumba

Voir aussi

MANIFESTATION ANTI FORCES FRANÇAISES AU MALI : Ben le cerveau,  Aboubacar Sidick et Salif Keita se trompent-ils de cadre de combat

Les forces de l’ordre ont dispersé à coup de matraque et de gaz lacrymogène une …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils