lundi 28 septembre 2020
Accueil | Justice | Cour Constitutionnelle du Mali : Amadou Ousmane Touré, désigné président

Cour Constitutionnelle du Mali : Amadou Ousmane Touré, désigné président

L’ancien vérificateur général et actuel directeur du cabinet de la Primature, Amadou Ousmane Touré est le nouveau président de la Cour Constitutionnelle. Il a été désigné hier dimanche 9 août 2020 à l’unanimité par ses pairs en tant que doyen d’âge parmi les nouveaux sages nommés vendredi dernier par un décret présidentiel.

Avant sa nomination, certains médias ont vivement critiqué le choix porté sur sa personne. Car certains avaient évoqué les tentatives du Premier ministre, Boubou Cissé à vouloir imposer Amadou Ousmane Touré comme président de la Cour constitutionnelle. Et comme lettre à la poste, celui-ci est nommé.
« Après la désignation de son cousin, Demba Tall parmi les trois magistrats qui doivent siéger à la Cour constitutionnelle pour le compte du conseil de la magistrature, le Premier ministre Boubou Cissé essaye d’imposer son directeur de cabinet Amadou Ousmane Touré à la tête de la cour constitutionnelle », mentionnait un journal.
Malgré les appels à sa démission après la mort de plus de 10 manifestants par les militaires déployés illégalement pour faire le maintien de l’ordre, le Premier ministre Boubou Cissé compte croiser le fer avec l’opinion nationale dans un pays déjà fragile par l’occupation et les attaques terroristes. Ainsi dans le cadre du remembrement de la cour constitutionnelle, le conseil de la magistrature a déjà désigné trois magistrats, dont le cousin du Premier ministre, Demba Tall.
Malgré qu’il soit désigné à l’unanimité par ses pairs en tant que doyen d’âge parmi les 09 nouveaux sages tout porte à croire que ce choix a été influencé par l’actuel premier ministre, Boubou Cissé.
Selon ces sources, l’objectif de Boubou Cissé est de placer son actuel directeur de cabinet à la tête de la Cour Constitutionnelle du Mali dans l’optique de l’élection présidentielle à venir. Car à lire le visage de l’ancien fonctionnaire de la Banque mondiale, après le passage à la Primature, il a pris gout et vise désormais la magistrature suprême de notre pays surtout que le Président IBK n’a pas visiblement un Dauphin à part son fils qui s’est fait grillé à travers les réseaux sociaux récemment.
Bourama Kéïta

Malick Diancoumba

Voir aussi

Ministère de la Justice : Me Kassoum Tapo, la mauvaise graine aux yeux des Procureurs et Poursuivants

La relation entre le nouveau ministre de la Justice et des Droits de l’Homme Garde …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils