vendredi 1 mars 2024
Accueil | Société | En quête de pouvoir : Moussa Mara, n’en fait-il pas trop ?  

En quête de pouvoir : Moussa Mara, n’en fait-il pas trop ?  

Depuis, un certain moment le fondateur du parti ‘’Yélèma ‘’ Moussa Mara est en train d’occuper l’espace numérique en quête d’image. Surtout en cette période où le clivage politique est très chamboulé avec la question de la transition.  

 

En plein débat sur la réussite de la transition, on se demande comment certains leaders des partis politiques peuvent bondir sur ces amalgames pour se faire remarquer ? Il est certain que parmi les candidats aux élections présidentielles à venir, le train pour la campagne électorale est en marche. C’est le cas pour l’ex-Premier ministre d’IBK en 2013, Moussa Mara, qui a sifflé le départ de sa locomotive en passant le flambeau du parti à Youssouf Diawara pour des soi-disant jeux démocratiques. Depuis, il enchaine des déplacements à l’intérieur du pays. Hier, il était au fin fond de Ségou dans la commune de Konodimini, cela a été précédé de plusieurs autres déplacements. Tout cela n’est-il pas lié à la conquête de la présidence en 2022 ? Puisque dans une récente publication sur les réseaux sociaux le fondateur de ‘’ yélèma ‘’ n’a pas caché son intérêt de se rapprocher de Quai d’Orsay, notamment quand il annonce : ‘’la France n’a jamais empêché le Mali de faire la guerre sur aucune partie de son territoire’’. Pourtant, la tragédie provoquée par sa présence à Kidal en 2013 est toujours gravée dans l’esprit des Maliens. Il a évolué longtemps dans l’arène politique malienne, mais ces propos peuvent lui coûter cher. Les électeurs verront en lui dans cette période d’hostilité envers la France, un autre valet qui sera aux affaires pour exécuter leurs ordres. En tout cas, dans toute élection présidentielle au Mali, les jeux sont faits d’avance, le candidat de la France élu. C’est un constat ! Prenons l’exemple des élections récentes, bien que bon nombre des citoyens ont boudé les élections, cela n’a pas empêché le forcing d’IBK pour se maintenir au pouvoir avec des triches orchestrées par la cour Constitutionnelle d’alors. De toute évidence, comme ses prédécesseurs, le président Bah Daou a affirmé que : « les élections de cette année seront transparentes et crédibles ». Mais ce sont des promesses difficiles à respecter, vu que lui-même ne maitrise aucunement la situation. Par ailleurs, samedi dernier, le ministre de l’Administration Territoire a tenu une rencontre avec les partis politiques pour échanger sur la loi l’électorale. Du trompe-l’œil ? Probablement…De toute évidence, les élections prochaines au Mali seront tout de même très déterminantes. Moussa Mara, puisque c’est de lui qu’il s’agit, continue dans sa lancée, et espérons pour lui que la surprise désagréable dans les urnes ne sera de taille.

 

Lansine Coulibaly

Djibril Coulibaly

Voir aussi

TRAFIC FERROVIAIRE : La reprise du trafic ferroviaire au plan national lancée !

  Sur instruction du ministre des Transports et des Infrastructures, Mme Dembélé Madina Sissoko, une …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils