lundi 30 mars 2020
Accueil | Société | Covid-19 : Le Mali prend le taureau par les cornes !

Covid-19 : Le Mali prend le taureau par les cornes !

Dans la salle de conférence de la Primature, le jeudi 19 mars, le chef du Gouvernement, Dr Boubou Cissé, non moins ministre de l’Economie et des Finances, s’est prononcé sur les mesures mises en place par le Mali, pour faire face à la maladie de Covid-19.  Pour l’occasion, il était accompagné de certains membres du gouvernement en charge, de la Santé et des Affaires Sociales, Michel Hamala Sidibé, du Transport et de la Mobilité Urbaine, Ibrahima Abdoul Ly et de la Communication, porte-parole du Gouvernement, Yaya Sangaré.   Selon le PM Cissé, le Mali étant un pays vulnérable, le gouvernement sous les instructions éclairées du président de la République, se prépare au pire par rapport à cette maladie de Covid-19.

En Afrique, le Mali est l’un des pays non encore touchés par la nouvelle pandémie qui fait ravage dans le monde. S’il faut, se réjouir de la perspicacité des mesures de préventions mises en place, il faudra aussi reconnaître, que le Mali est un pays extrêmement vulnérable. Car, presque tous les pays qui entourent le Mali sont touchés. Conscient de cet état de fait, le gouvernement de la République du Mali, sous les instructions éclairées, du président de la République, a mis en place un véritable plan pour empêcher l’introduction de la maladie covid-19 ou, à défaut maîtriser sa propagation.

Pour camper le décor le ministre Yaya Sangaré, a brossé la situation de la maladie covid-19, au niveau mondial, particulièrement en Afrique. D’abord, il a souligné que tous les pays du monde ne sont pas  touchés par cette maladie. Cependant, il a précisé qu’aucun pays n’est à l’abri.

Concernant, la situation de l’Afrique, il dira que le continent a été contaminé par les voyageurs venus d’Asie et d’Europe. En termes de bilan, il a signalé que 31 pays sont contaminés sur les 54 que compte le continent africain.  «  Le continent africain est passé  de 64  à  464 cas  confirmés en l’espace d’une semaine en mois de mars » a déclaré le ministre Sangaré. Et d’ajouter : « Si cette tendance continue, nul ne saurait prévoir les conséquences humaines, sociales et économiques de cette maladie sur l’Afrique ».

De la rigueur dans la  prévention   

De son côté, le Premier ministre, a rappelé que cette question de la gestion de la  maladie covid-19 a été anticipée depuis le mois de janvier, au moment ou les premiers cas ont commencé à apparaître. C’est ce sens d’anticipation, dit-il, qui a permis au Mali, de ne pas connaître jusqu’à présent cette maladie sur son territoire.

Selon lui, le travail énorme qui a été fait par le ministre de la Santé et ses collaborateurs, visait d’empêcher la pénétration du virus au Mali.  «  Si jamais, il devrait pénétrer,  éviter une contagion locale, c’est-à-dire une domestication du virus » a déclaré Dr Cissé.

D’après lui, pour réussir  cette mission, le département a été très alerte.  A ses dires, le département a procédé à la mise en place d’une coordination au niveau national.  « Cette coordination, depuis sa mise en place tient deux réunions par jour afin de faire le point sur l’évolution de cette maladie, tout autour du Mali et par ailleurs » a mentionné le PM. En plus de cette équipe, le Premier ministre, a soutenu qu’il y a des cordons qui ont été créés au niveau des aéroports, à Bamako et partout au Mali, où existe un aéroport.  Par la même occasion, il a souligné que ces mêmes mesures ont été prises au niveau de tous les corridors terrestres.

Dans la même dynamique, il a annoncé, que le gouvernement est résolument engagé à trouver des voies et moyens permettant le respect de la mesure relative, à la restriction des rassemblements d’au moins 50 personnes. À ce niveau, il a précisé que le gouvernement est à pied d’œuvre pour échanger avec l’ensemble des acteurs concernés, notamment les leaders religieux et les responsables syndicaux des secteurs d’activités concernés.

D’après Boubou Cissé, le Mali est conscient de sa vulnérabilité. C’est pourquoi, dit-il, le gouvernement estime que les efforts ne pourront pas faire en sorte que le système de santé malien ne soit pas rapidement saturé, si le virus devait rentrer et infecter les uns et les autres.  «  Tout le travail fait,  est axé sur la prévention » a-t-il expliqué.

Pas question de reporter les législatives

En marge de son introduction liminaire, le Premier ministre a été interpellé par rapport à la tenue des élections législations, cela eu égard des mesures restrictives de mouvement, prises par le Gouvernement.  «  Est-ce que les élections législatives seront –elles reportées » a été la question posée au PM Cissé.

Dans sa réponse à cette question, Dr Boubou Cissé, n’est pas parti par quatre chemins.  Dans un langage très clair, il a dit ceci : « Qu’il y ait des cas confirmés ou pas, les élections législatives se tiendront ».

Selon lui, les élections législatives seront maintenues avec des précautions et des dispositions, que le gouvernement compte bien mettre en œuvre. «  Il s’agit d’une question d’encadrement  et de formation »  a précisé le chef du Gouvernement.

Par Moïse Keïta

Malick Diancoumba

Voir aussi

Chronique du web : Le nouveau Coronavirus met l’Internet à cran

L’infrastructure Internet est-elle au bord du crash par la faute du lockdown? Je n’ose pas me prévaloir …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils