samedi 26 septembre 2020
Accueil | Politique | Campagne législative en Commune II : Katio, le meilleur sur le terrain !

Campagne législative en Commune II : Katio, le meilleur sur le terrain !

Après sa démonstration de force  à travers une forte mobilisation  des populations de la commune II, à la faveur du lancement de sa campagne sur le terrain de foot à  Quinzambougou dans une ambiance festive, l’honorable Karim Keïta, précédemment président de la commission Défense et Sécurité à l’Assemblée Nationale du Mali, avec ses colistiers (Hady Niangadou et Mme Djilla)  s’est lancé dans une    campagne de proximité, couronnée de succès partout. Malgré des inimitiés, des manœuvres de diffamation, comme Joseph en Egypte, Karim Kéita est accueilli avec ferveur et enthousiasme par les habitants de la CII, à chaque étape de sa campagne. Auréolé par son bilan largement positif, ajouté aux actions salutaires de Hady Niangadou et à la popularité de Mme Djlla, la liste conduite par Karim Kéita semble déjà convenir à la population de la Commune II. Tout simplement par ce qu’elle reste la meilleure sur le terrain.

Lors de sa première campagne pour les législatives, si Karim Kéita s’est donné comme slogan « monter par l’escalier et non par l’ascenseur », cette fois-ci le candidat du RPM en Commune II peut s’attribuer la formule de « gagner grâce à son bilan et par la force de ses mollets ». Ce, à cause du fait que contrairement et comparativement aux autres listes, celle menée par lui est créditée d’un bilan largement positif auprès des populations de la Commune II. N’empêche, de la date de l’ouverture de la campagne (le 7 mars) à nos jours, elle reste la plus (pour ne pas dire la seule) visible sur le terrain.

« C’est vous qui m’avez élu. Si ce n’était pas vous, je n’allais pas être présent ici. Je n’allais pas avoir la place que j’ai à l’Assemblée Nationale du Mali. Donc, c’est entre vous et moi » c’est en ces termes, que Karim Keïta, s’est adressé aux populations de la CII du district de Bamako, à l’ouverture de la campagne.

Ces quelques mots, empreints de franchise et de reconnaissance ont été perçus par les populations de la commune II, comme l’une des plus belles preuves de reconnaissance qu’un député peut faire à l’égard de son électorat. C’est pourquoi, pour témoigner, à ‘’Katio’’ leur soutien,  qui a  fait preuve de fierté durant les 6 ans passés  à l’hémicycle, les populations de la commune II, sont dans une logique de lui renouveler toute leur confiance. En attestent la ferveur et la grande mobilisation qui sanctionnent chacune de ses sorties, soit avec ses colistiers, ou seul.

Une promesse de terrain qui donne le sourire !

Conscient que les élections législatives sont celles de proximité, l’honorable Karim Keita,  et ses  colistiers sont descendus dans les quartiers de la commune II, au lendemain du lancement officiel de leur campagne,  pour convaincre les populations du bien fondé de leur candidature sur une vision claire.

Le concernant particulièrement, Karim Keïta, n’a ménagé aucun effort dans cet exercice. Du 10 jusqu’au 21 mars dernier, soit à une semaine du scrutin, l’honorable Keïta, est parvenu à rencontrer plusieurs associations de femmes et jeunes, des notabilités coutumières et religieuses, des regroupement de commerçants détaillants, des ferrailleurs, des maraîchers…Bref, une part importante de toute les couches socio-économiques et professionnelles de la CII.

Au lendemain du lancement de la campagne de sa liste, soit le  10 mars, l’honorable Kéita a échangé dans une atmosphère de parfaite cordialité avec les  commerçants détaillants de Médina–coura. Avant la fin de la journée, il a rencontré également les familles qui gèrent les parcs à bétail du quartier ‘’Sans fil’’. Le jour suivant, après un grand meeting au quartier de Hippodrome, il a été  chaleureusement accueilli par des électeurs fortement mobilisés avec cartes d’électeurs en main, devant la famille fondatrice de Bamako.

Les 12 ; 13 ; 14 ; 15 et 16 , Katio a tenu langue respectivement avec les électeurs de Bakaribougou, ceux de Missira ,  Bougouba, N’Gomi ainsi que les ferrailleurs du marché de Médine,  en CII.

Un bilan qui plaide à sa faveur !

Dans ses activités du 17 mars,  Karim Keïta, avec ses colistiers ont clôturé les assemblées générales à la Zone industrielle.  Ces assemblées ont touché en tout 13 quartiers de la CII. En ce même jour, dans la cour du champ hippique, Katio, a rencontré les chefs de familles des cultivateurs (une cinquantaine) de potagers à ciel ouvert. Par la même occasion, il a profité pour se faire écouter par les associations sportives au sein du champ hippique.    Auparavant, dans la matinée du 17 mars, Katio, a eu à échanger longuement avec  les responsables du marché à Banane, appelé communément ‘’ Namassa Danga’’, au niveau de N’Golonina.

Mieux que la journée du 17 mars, l’emploi du temps de Karim Keïta, a été hyper chargé à la date du 18 mars.  Il a pris part à un grand meeting à Konébougou. A l’issue duquel, les habitants ont profité pour remercier Karim, par rapport au lancement en janvier des travaux de passage piéton au-dessus du grand canal.  Cette journée a été marquée par des échanges francs avec  l’association des femmes ‘’ Musso Kunadia Ton’’. Munies de leurs cartes d’électeurs, les femmes de cette association ont témoigné leur soutien à Katio et à sa liste.

Ensuite à la Maison des artisans de Bamako, communément appelée ‘’Artisanat’’ l’occasion a été opportune pour les artisans de Bamako, d’accueillir Karim le 18 mars. Ce, avec sous les bras un panier de cola et une statuette, en signe de reconnaissance pour le forage, que ce dernier leur ont offert, il y a trois ans de cela. C’est  ce même exercice de reconnaissance que les femmes du quartier ‘’Sans-fil’’, ont réédité pour accueillir l’honorable Keïta dans leur quartier, pour le don de  deux lampadaires.

L’un des temps forts de cette journée du 18 mars, a été la participation de ‘’ Katio’’ au grand meeting organisé par le club de soutien qui porte son nom.  Là aussi, des électeurs fortement mobilisés, hommes et femmes, lui  ont témoigné de tout leur soutien.

Après sa rencontre avec les  boutiquiers sonrhaï de la commune II, à la date du 19 mars, l’honorable Keïta, a également lancé des messages de sensibilisation à l’égard des populations pour le retrait des cartes d’électeurs.

A la date du 20 mars, les rencontres de Karim, ont concerné un groupe de femmes (qui brandissait leur carte d’électeurs)  à Niarela dans la famille Seydou Coulibaly et les chefs de plusieurs familles soninké à l’Hippodrome. En ce même jour, Katio, s’est rendu  chez deux grands érudits. Il s’agit de Souleymane Traoré, un imam très respecté à Missira et  la famille Kalé à Bozola, détentrice du rôle de l’imam de la grande mosquée de Bamako.

Le samedi 21 mars, à cause des mesures édictées dans la lutte contre le coronavirus, le député sortant de la Commune II a mis un bémol à sa campagne. Cela avec des rassemblements qui ne dépassent pas 40 personnes. C’est pourquoi, lorsqu’il s’est rendu dans la famille Gambi, il a tenu à s’excuser auprès de la grande masse de foule de sympathisants qui l’attendaient dehors.  Bien connu des membres de cette famille, il a été accueilli jusque dans le salon.

« Que Karim sache que le ‘’Takokelen’’ sera  assuré avant midi le 29 mars » a déclaré un membre de cette famille. En cette même date, il a pris langue avec les chefs de plusieurs familles, notamment soninké à l’Hippodrome.

Il est prématuré de se prononcer sur les résultats d’une élection non encore tenue, sinon sans outre mesure, la liste RPM-MPM-ADEMA a pris une grande longueur d’avance sur les autres en Commune II.  « Une élection se prépare pour être gagnée », dit-on.

Par Moïse Keïta

Malick Diancoumba

Voir aussi

FAUX DEBAT DE GENERATION AU SEIN DU M5 RFP : qui veut intenter un procès contre Mountaga Tall, Choguel K. Maiga et Mohamed Ali Bathily ?

Certains jeunes cadres au sein du M5 RFP, assoiffés du pouvoir et en manque d’arguments, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils