mardi 3 août 2021
Accueil | Justice | LA JUSTICE DONNE RAISON AU COLLECTIF DES AGENTS FONCTIONNAIRES DES ENTREPOTS : le Ministre des Transports et le Directeur des entrepôts maliens au Sénégal entravent-ils l’exécution d’une décision de justice ?

LA JUSTICE DONNE RAISON AU COLLECTIF DES AGENTS FONCTIONNAIRES DES ENTREPOTS : le Ministre des Transports et le Directeur des entrepôts maliens au Sénégal entravent-ils l’exécution d’une décision de justice ?

Le Collectif des agents fonctionnaires des  Antennes des entrepôts Maliens dans les ports de transit, après avoir obtenu de la section administrative de la Cour Suprême à travers deux arrêts rendus depuis 2018 et demandant la régularisation de leur situation administrative et financière ne sont toujours pas mis dans leurs droits. Le hic est qu’il y a eu d’abord un décret présidentiel, après une lettre urgente de signification- commandement de payer, en date du 20 décembre 2019 du Premier Ministre  adressée au Ministre des Finances et ce dernier après avoir donné l’ordre, dans sa lettre Numéro 03975 du 02 décembre 2020, adressée au Ministre des transports et demandant l’exécution de la grosse du jugement, les travailleurs n’arrivent toujours pas à être mis dans leurs droits. Comble de l’injustice, les agents sevrés de leurs droits, ont également subis des mutations arbitraires et d’intimidations de la part du ministre sortant Ibrahima Ly et du Directeur des Entrepôts du Sénégal, Fousseyni Soumano. La question que l’on se pose est celle de savoir si le Directeur n’est pas en complicité avec le Ministre des transports et des infrastructures pour brimer les agents ? Pourquoi avoir saisi le contentieux de l’Etat pour engager un autre procès contre les agents des entrepôts afin de ne  pas être en possession de leurs droits ? Que cachent réellement le Département des Transports et les responsables des ports ?

On pensait qu’avec le départ du régime d’IBK que tous les maliens quel que soit leurs rangs sociaux, leurs confessions religieuses, leur appartenance ethnique ou régionale, allaient être égaux devant la loi et jouir pleinement de leurs droits. Aujourd’hui le constat donne le contraire, car certains restent toujours en marge de la société, c’est le cas des agents des entrepôts maliens  dans les ports de transit. Comment comprendre que sous la transition, censée remettre le pays sur la voie de la justice et de la légalité administrative, puisse s’accommoder avec certaines pratiques d’une autre époque. En effet, le Collectif des agents fonctionnaires des  Antennes des entrepôts Maliens dans les ports de transit ne sont toujours pas entré en possession de leurs droits, malgré la décision de la section administrative de la Cour Suprême et toutes les lettres qu’elle soit du Premier Ministre d’alors Boubou Cissé ou  du Ministre des Finances et malgré la saisie du compte par un Huissier assermenté, le département en complicité avec le Directeur des Entrepôts de Dakar Fousseyni Soumano, bloque l’exécution de la grosse. La preuve c’est la saisine du Contentieux de l’Etat par le département des transports  aux fins d’annuler la décision de justice en faveur des opprimés fonctionnaires des antennes des entrepôts maliens.

Le Président de la Transition Bah Daw, connu et reconnu pour son intégrité morale, sa soif de la justice sociale et sa droiture, le Vice-Président Assimi Goita, reconnu également pour sa vaillance et qui a fait le serment de lutter contre toutes formes d’injustices, et enfin le Premier Moctar Ouane choisi pour sa grande expérience et son sens élevé  de l’Etat, vont-ils accepter qu’un de leurs ministres, en l’Occurrence celui des transports, Makan Fily Dabo, puisse violer allègrement la loi en complicité avec son Directeur des entrepôts maliens au Sénégal, M. Fousseyni Soumano, à leur su et vu, en brimant des paisibles citoyens qui n’ont fait que réclamer leurs droits ? Pour rappel le Directeur des entrepôts du Mali au Sénégal,  Fousseyni Soumano, a toujours brillé par sa mauvaise gestion en ayant la mainmise sur les avoirs de la structure portuaire. Il initie même des dépenses qui n’entrent pas dans le bon fonctionnement du port, pourvus qu’il ait sa part dans les marchés octroyés à des GIE qui seraient gérés par ses proches. A titre d’exemple la construction  du parking qui relèverait des prérogatives du Conseil Malien des transporteurs et non de l’entrepôt. Des sources dignes de foi, le Directeur aurait même posé d’autres actes compromettant que nous allons taire d’abord en attendant d’avoir toutes les preuves irréfutables.

En définitive, les plus hautes autorités de la Transition sont interpellées devant la violation flagrante des droits des agents fonctionnaires des antennes des entrepôts maliens dans les ports de transit. Si tant est qu’elles font de la lutte contre la corruption et la malversation financière leur priorité, elles doivent interpeller le ministre Makan Fily Dabo et son Directeur Fousseyni Soumano afin qu’ils s’expliquent sur la non application d’une décision de justice.

Youssouf Sissoko

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Contribution : Fomba Brahima

“Cour suprême fait du « Manassa » en quelque sorte!’’ Dans l’une de ses contributions, Fomba Brahima …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils