lundi 30 mars 2020
Accueil | International | Au sommet du G5 Sahel: Les pays de l’espace doivent intensifier l’effort contre le Jihadisme 

Au sommet du G5 Sahel: Les pays de l’espace doivent intensifier l’effort contre le Jihadisme 

Coopération France – Afrique: Ouverture des Rencontres Africa en présence du Vice-Président Duncan. Abidjan le 02 Octobre 2017. Le Vice-Président de la République, Daniel Kablan Duncan, a ouvert les travaux des Rencontres Africa ce jour à Sofitel Hôtel Ivoire en présence de Jean-Yves Le Drian, Ministre de l`Europe, et des Affaires Etrangères de France.

Les dirigeants réunis pour un sommet du G5 Sahel à Nouakchott ont affirmé mardi la nécessité d’une intensification tous azimuts de l’effort face à l’urgence de la propagation du jihadisme et des violences dans la sous-région. « Le Sahel requiert plus que jamais une attention accrue et coordonnée de la part des États de la région et de la communauté internationale pour endiguer la spirale de la violence », a déclaré le chef de l’État mauritanien Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, lors de ce sommet où son pays recevait du Burkina Faso la présidence tournante du G5 Sahel.

Le G5 Sahel, qui inclut également le Mali, le Niger et le Tchad et qui fournit depuis 2014 un cadre de coopération entre les cinq pays sur la sécurité et le développement, tenait ce sommet ordinaire alors que le Sahel est confronté à une forte poussée jihadiste et une sévère dégradation sécuritaire, aggravée par une série de défis démographiques, économiques ou environnementaux, sans solution apparente à court terme. Parties du nord du Mali, les violences se sont propagées au centre du pays, au Burkina et au Niger voisins.

Les violences jihadistes – souvent entremêlées à des conflits inter communautaires – ont fait 4.000 morts dans ces trois pays en 2019, cinq fois plus qu’en 2016, selon l’ONU, malgré la présence de forces africaines, onusiennes et internationales. Des centaines de milliers de personnes ont été déplacées. Le président du Burkina Roch Marc Christian Kaboré a fait état mardi d’une « crise humanitaire sans précédent au Sahel ».

La possibilité d’une réduction des forces antijihadistes à laquelle réfléchit le Pentagone en Afrique et dans le monde ajoute à la préoccupation. «Nous avons un besoin pressant de victoires concrètes contre le terrorisme. Répondre à ce besoin existentiel est le vrai défi de ce sommet », a souligné le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat. Il a fait valoir l’incompréhension des civils devant l’apparente impuissance à faire cesser les violences et réclamé une « montée en puissance » de la force conjointe transfrontalière du G5 Sahel qui tarde à atteindre sa pleine mesure (5.000 hommes).

« Je vous rejoins pour dire qu’un sursaut de mobilisation, de coordination ou de priorisation est nécessaire », a aussi affirmé le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

Source : RFI

KOMI

Malick Diancoumba

Voir aussi

Coronavirus en France: « Nous sommes en guerre », Emmanuel Macron. 

« Nous sommes en guerre », voilà la phrase que le Président de la République française Emmanuelle …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils