vendredi 27 novembre 2020
Accueil | Société | 60e anniversaire de l’indépendance du Mali : une absence totale d’ambiance

60e anniversaire de l’indépendance du Mali : une absence totale d’ambiance

Après l’ascension à l’indépendance en 1960 au Mali, chaque année les préparatifs des festivités se déroulaient un peu partout dans le pays, que ça soit du côté des militaires, de la société civile, dans les chefs-lieux, etc.  Le pays brillait des couleurs du drapeau national.  Des beaux souvenirs dans les mémoires des uns et autres, mais que depuis les évènements de 2012, les autorités du pays n’arrivent plus à raviver cet engouement chez la population.

De plus en plus que les années passées, la nouvelle génération se perde dans le temps et oublie qu’elle a une histoire. L’histoire sur le déroulement de l’ascension à l’indépendance de notre pays est connue, néanmoins, c’est le caractère festival qui l’accompagne qui n’est plus. Auparavant, il y avait des flambeaux nocturnes tenus par la population qui sillonnait les quatre coins du pays avec les flammes en main, ce qui fait que la nuit était illuminée comme le jour. Aussi il y avait le mouvement de pionnier qui de nos jours commence à disparaitre par un manque de financement. Le mouvement pionnier était un moyen d’inculquer les valeurs de la république aux jeunes et de divulguer cela aux jeux de la population lors des défilés. Dans les chefs-lieux aussi, des compétitions étaient organisées entre les jeunes villageois et les trois premières étaient récompensées. Les défilés étaient faits par l’ensemble des composants du pays.  En ce temps, on vivait à fond le 22 septembre et c’était vraiment la belle époque. Mais, il a fallu que les évènements de 2012 viennent nous gâcher tout cela, et que les autorités, elles aussi, démissionnent de cette mission qui est la pérennisation du caractère de festival de l’indépendance.  Comment peut-on revenir sur ses valeurs sociétales ?  Il faut une implication des autorités du pays en ce niveau, surtout dans la redynamisation du mouvement des pionniers, puis mettre en place un comité qui dirigera l’organisation des flambeaux nocturne afin de mieux réorganisation l’évènement. Sinon la génération à venir aura du mal à comprendre l’essentiel de notre indépendance.

À suivre

Lansine Coulibaly

Malick Diancoumba

Voir aussi

L’organe législatif de la transition : un militaire démissionnaire pressenti à sa tête 

Le Conseil national de transition est pour le moment le dernier organe en gestation depuis …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils