mardi 20 octobre 2020

La transition malienne

Cérémonie de prestation de serment du président de la transition et de son vice-président

Les nouvelles autorités de la transition Malienne ont prêté serment ce vendredi, 25 septembre 2020 devant les membres de la Cour suprême. Il s’agit du colonel major Bah N’Daou et le vice-président Assimi Goita. C’était au centre international de conférence de Bamako (CICB) en présence de la délégation de l’organisation ouest-africaine CEDEAO conduite par l’ancien président nigérian Jonathan Goodluck  et d’autres personnes politiques et sociétés civiles.

Désormais, le colonel major Bah N’Daou est le président du Mali et pour vice-président, le colonel Assimi Goita, président du comité national pour le salut du peuple (CNSP). L’ex-colonel major et l’ancien ministre de la Défense a prêté serment et pris officiellement ses fonctions de président par intérim du Mali pour une période de 18 mois, après le renversement du pouvoir de l’ex-président Ibrahim Boubacar Keita et son régime par la junte le 18 aout dernier. Ce régime était  fortement contesté par le M5-RFP pour la non-gouvernance et la mauvaise gestion des biens du pays. Aussi, quant à lui, le colonel Assimi Goita président de la junte qui a renversé le président démocratiquement élu IBK, a prêté serment comme vice-président de la transition, lors de cette cérémonie au centre international de Bamako à la capitale Malienne. Le président  Bah N’Daou a remercié les actes bravoures courageuses et patriotiques dans son discours «Je voudrais ensuite saluer le Comité national pour le salut du peuple pour son esprit patriotique, son sens du discernement et sa capacité d’écoute. L’investiture de son Président le Colonel Assimi Goita en tant que vice- président de la Transition en porte-témoignage. L’action du CNSP du 18 août, tout le monde en convient, est la conséquence de la très grave crise sociopolitique qui a paralysé la vie de la nation des mois durant. Au collège qui a porté son choix sur ma modeste personne pour présider cette transition, j’exprime toute ma gratitude. Je suis honoré par son geste et je voudrais lui dire ici que je me battrai de toutes mes forces pour mériter sa confiance ». Lors de cette cérémonie, Bah a promis de veiller sur le respect des accords internationaux pris par son pays, engager aux côtés des différents partenaires pour  la lutte contre les terroristes et d’assurer la sécurité intérieure.  La transition qui s’ouvre ne remettra en cause aucun engagement international du Mali ni les accords signés par le gouvernement  le dirigeant a dit sa volonté de poursuivre une « guerre  sans merci » pour les forces terroristes et de crime organisé. C’était l’un des axes qui repose la transition, ensuite il a fait savoir que tous dossiers seront transférés aux juges « je garantirai à la justice les moyens pour la diligence ». Les dirigeants maliens espèrent que l’entrée du nouveau président par intérim conduira à la levée des sanctions imposées au Mali par la communauté économique des états d’Afrique de l’ouest (CEDEAO) après le coup d’État militaire depuis le 18 aout dernier. Goodluck Jonathan, l’émissaire de la CEDEAO a déclaré mercredi espérer  que ces sanctions pourraient être levées dès l’entrée en fonction de Mr Bah N’Daou. Mais sur place, aucune décision n’a été prise par l’organisation.

K S Diallo

Malick Diancoumba

Voir aussi

CRISE AU CONSEIL NATIONAL DU PATRONAT DU MALI : Le premier défi judiciaire de la transition

Le Mali est,  depuis le 18 Août 2020  date de la prise du pouvoir par …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils