lundi 25 septembre 2017
Accueil | International | Sinaï: l’armée égyptienne annonce avoir tué le chef de «Daech Egypte»

Sinaï: l’armée égyptienne annonce avoir tué le chef de «Daech Egypte»

Abou Douaa al-Ansari, le chef de la branche du groupe Etat islamique dans le Sinaï, aurait été tué dans des frappes de l’armée égyptienne qui ont fait par ailleurs 45 morts. Jadis lié à al-Qaïda, son mouvement avait prêté allégeance à l’organisation Etat islamique en 2014.

Sur sa page Facebook, l’armée égyptienne a annoncé jeudi 4 août avoir tué Abou Douaa al-Ansari, le chef de la branche du groupe Etat islamique (EI) dans la péninsule du Sinaï. Ce mouvement jihadiste appelé Ansar Beït al-Maqdess en arabe, mène des attaques visant essentiellement les forces de sécurité depuis plus de trois ans. Abou Douaa Al-Ansari et nombre de ses adjoints les plus importants ont été tués dans des frappes dans le Nord-Sinaï menées par l’armée.

Responsable de nombreux attentats dans le Sinaï, Ansar Beït al-Maqdess, auparavant lié à al-Qaïda, avait prêté allégeance à l’organisation EI en novembre 2014. Il s’est par la suite baptisé « Province du Sinaï » pour marquer son allégeance au « califat » autoproclamé par le groupe jihadiste sur les territoires qu’il contrôle en Syrie et en Irak.

Une mort difficile à confirmer

L’armée égyptienne affirme également dans son communiqué que plus de 45 membres du groupe EI ont été tués et des dizaines d’autres blessés dans ces frappes contre les repaires du groupe au sud et sud-ouest de la ville d’Al-Arich, chef-lieu de la province du Nord-Sinaï. Les chasseurs F16 et les hélicoptères d’attaque Apache sont régulièrement utilisés contre Ansar Beit al Maqdess. L’armée a indiqué que l’opération avait combiné une attaque de troupes au sol avec des raids aériens. Elle a déjà annoncé à plusieurs reprises avoir tué des dirigeants du groupe, mais il n’est pas possible de vérifier ces informations de source indépendante.

L’organisation surnommée « Daech Egypte » depuis qu’elle a annoncé son allégeance au groupe Etat islamique a multiplié les attaques terroristes contre la police et l’armée dans le Nord-Sinaï depuis un mois. Bombes contre les véhicules de patrouilles et tirs au fusil à lunette ont été quasi-quotidiens durant le mois de juillet. L’armée a, de son coté, intensifié les opérations de ratissage. L’opération de jeudi, la plus importante depuis un an, a visé des repaires et des caches d’armes identifiés grâce aux drones et aux services de renseignements.

Le groupe EI, implanté dans le nord de la péninsule désertique du Sinaï, frontalière d’Israël et de l’enclave palestinienne de Gaza, a revendiqué de multiples attaques en Egypte. Fin octobre, le groupe jihadiste avait revendiqué un attentat à la bombe contre un avion de touristes russes après son décollage de la station balnéaire de Charm el-Cheikh, toujours dans le Sinaï, un drame qui avait fait 224 morts.

En Egypte, l’organisation terroriste a également affirmé avoir commis un attentat à la bombe contre le consulat italien au Caire, décapité le Croate Tomislav Salopek, kidnappé non loin de la capitale, et tué un Américain travaillant pour une compagnie pétrolière.

(Avec AFP)

Djibril Coulibaly

Voir aussi

REGARD SUR LE MONDE : Indépendants, mais dépendants de l’Occident

Comme nous le savons tous, la plupart des pays africains sont devenus indépendants à l’aube …

Un commentaire

  1. J espère que les attentats serviront de leçons et que on oubliera pas les victimes et leurs familles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *