mardi 16 octobre 2018
Accueil | International | Russie: double revers électoral pour le parti au pouvoir

Russie: double revers électoral pour le parti au pouvoir

Le parti au pouvoir a subi un revers électoral sans précédent en Russie. Deux gouverneurs sortants ont été sèchement battus ce dimanche 23 septembre, dans des élections régionales marquées par un fort mécontentement social. Sur fond de réformes des retraites, les électeurs ont préféré voter pour le candidat du parti nationaliste LDPR, le parti de Vladimir Jirinovski.

Avec notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot

Dans la région de Vladimir, à 200 km à l’est de Moscou, le candidat du parti nationaliste LDPR l’a emporté avec 57% des voix contre la gouverneure sortante. Une région qui a beaucoup de difficultés économiques, le chômage y est bien plus élevé que dans la capitale, les salaires bien plus faibles également.

C’est ce qui explique en partie le vote des électeurs ici. Un vote qui est moins un vote d’adhésion au parti nationaliste de Vladimir Jirinovski, qu’un vote de protestation contre le parti au pouvoir, à l’image de cette habitante de Vladimir : « J’ai voté contre elle car elle est membre de Russie unie ! Russie unie c’est le parti au pouvoir, on peut même dire que c’est un pouvoir monopolistique. Ils se sentent tout puissant et donc ce vote, c’était contre eux. Je pense qu’on a eu un éclair de démocratie, et que les gens ont montré qu’ils en avaient assez, qu’ils voulaient que ça change ».

Poutine paie l’impopulaire réforme des retraites

Dans la région de Khaborovsk, située dans l’Extrême-Orient russe, le résultat est encore plus sévère pour le candidat du parti au pouvoir, qui n’a même pas franchi la barre des 30% des voix.

Cette double défaite est d’autant plus préoccupante pour Russie unie que deux autres scrutins ont été reportés dans des régions où les candidats soutenus par le Kremlin sont en difficulté. Dans l’une de ces régions, la victoire du gouverneur sortant a même été annulée après des fraudes massives, ce qui constitue une première depuis l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine.

Le président russe, réélu confortablement en mars 2018, paie aujourd’hui sans doute, la réforme des retraites en cours d’adoption. Cette réforme suscite en effet une réprobation générale au sein de la population russe. Dans quatre régions, ce mécontentement s’est donc manifesté dans les urnes au détriment du parti au pouvoir.

rfi

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Mort de Fernando Alban: la France convoque l’ambassadeur vénézuélien

Le conseiller municipal d’opposition est mort ce lundi alors qu’il était en détention dans un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *