vendredi 7 mai 2021
Accueil | International | Visite inédite du président Kaboré chez son homologue ivoirien Ouattara

Visite inédite du président Kaboré chez son homologue ivoirien Ouattara

Le président burkinabè est attendu en Côte d’Ivoire ce jeudi 28 juillet. Roch Marc Christian Kaboré doit rencontrer, à Yamoussoukro, son homologue ivoirien Alassane Ouattara. Le sommet précédent n’avait pas eu lieu. Car depuis la chute de Blaise Compaoré en 2014 les relations entre les deux voisins n’ont pas toujours été au beau fixe.

Entre la Côte-d’Ivoire et le Burkina Faso, il y a, encore et toujours, deux pommes de discorde. La première concerne Blaise Compaoré, l’ex-homme fort burkinabè. Lorsque ce dernier a été chassé du pouvoir, il s’est exilé en Côte d’Ivoire. Ce pays lui a même donné la nationalité ivoirienne.

La chute de l’ancien président burkinabè suite à l’insurrection populaire n’était pas bien vue par les autorités d’Abidjan. Le président ivoirien avait essayé en vain de réconcilier Blaise Compaoré et ses anciens camarades avant sa chute.

Un second dossier empoisonne les relations entre les deux pays : une conversation téléphonique supposée entre Djibrill Bassolé, ex-ministre des Affaires étrangères du Burkina, et Guillaume Soro, le président de l’Assemblée nationale ivoirienne. Dans cet entretien piraté, deux hommes évoquent la tentative de putsch de septembre dernier à Ouagadougou. Les tensions n’ont toutefois pas empêché la Côte d’Ivoire d’extrader quatre proches de Blaise Compaoré soupçonnés d’avoir trempé dans le coup d’État raté.

Depuis, les deux pays ne cessent de se rapprocher, d’autant plus qu’ils se sont trouvé un ennemi commun, le jihadisme, qui a frappé tant à Ouagadougou qu’à Grand Bassam. Les deux gouvernements ont ainsi chacun fourni des efforts. Annulation du mandat d’arrêt contre Guillaume Soro d’un côté ; rapatriement en terre burkinabè de Moussa Nébié, dit Rambo, un sous-officier de l’ex-RSP ; séjours fréquents du chef de la diplomatie burkinabè en Côte d’Ivoire ; et récemment l’installation de nouveaux ambassadeurs dans les deux capitales.

Une dernière question demeure toujours sur la table : le mandat d’arrêt contre Blaise Compaoré dans le dossier Thomas Sankara. La justice burkinabè voudrait l’entendre sur l’assassinat de l’ancien président du Burkina. Le président Kaboré espère toujours que Blaise Compaoré sera extradé. « Tôt ou tard, dit-il, Blaise Compaoré devra rendre des comptes ».

Les défis à relever par Roch Marc Christian Kaboré et Alassane Ouattara restent importants dans le domaine des infrastructures routières et ferroviaires, l’énergie et les mines, la coopération sécuritaire, l’économie et la culture.

rfi

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Instabilité au Tchad: La France craint un retrait des militaires au Mali

La France est « préoccupée » pour la stabilité du Tchad après la mort du président Idriss …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils