mercredi 22 septembre 2021
Accueil | Société | Situation du Covid-19 au Mali : Entre couvre-feu et législatives

Situation du Covid-19 au Mali : Entre couvre-feu et législatives

Couvre-feu pour raison de Covid-19 entre 21h et 05h du matin couplé avec les élections des députés inquiète.  De ce fait, la situation de notre pays préoccupe plus d’un. Après ces derniers jours de manifestations occasionnant des affrontements entre les forces de l’ordre et les manifestants, sommes-nous en train de s’acheminer vers une crise postélectorale? 

Les Maliens ont procédé à l’élection des députés de l’Assemblée nationale. Tenu les 29 mars et 19 avril, c’étaient un scrutin à deux tours, comme le stipule la constitution . À titre de rappel, ces rendez-vous électoraux se sont déroulés dans un contexte singulier. La crise sanitaire liée à la pandémie de Coronavirus a failli avoir raison sur ces élections. Des demandes de report ont été formulées par plusieurs associations politiques et certains membres de la société civile. Cela étant, les élections législatives ont finalement eu lieu. Et un couvre-feu fut alors instauré bien avant pour limiter les risques de propagation de la pandémie de Covid-19, et ce, de 21h à 05h du matin. Chose que plusieurs citoyens trouvent abusive dans la mesure où des secteurs ou des entreprises  qui travaillent la nuit sont fortement touchés. Il ne s’agit pas seulement des entreprises privées et modernes, mais des secteurs dans lesquels beaucoup de Maliens gagnent leur quotidien, c’est-à-dire au jour le jour. Des activités en grande partie exercées pendant la nuit. C’est dire que les uns vivent le jour, les autres vivent la nuit. Est-ce à dire que les contestations des résultats de la cour constitutionnelle seraient une excuse pour lancer un cri d’alarme ou de cœur ? Les manifestations se tenaient de partout dans la capitale, notamment en commune III, I, pour fustiger les résultats de la Cour constitutionnelle. Dans certaines régions  du pays comme à Sikasso, Kayes entre autres, les électeurs sont sortis pour déclencher colères et frustrations. Du Malien frustré face à la gestion des affaires d’État, à ceux qui en ont marre des fraudes et des privilèges accordés au pouvoir en place, notre pays est actuellement dans une impasse. Le couvre-feu et les élections législatives se sont croisés au tournant. Car ils donnent au bas peuple la misère. Raison d’y croire puisque  déjà,  plusieurs familles, notamment à Bamako peinent à vivre dans la sérénité. Ainsi, l’on se pose la question de savoir si après les échéances électorales, faut-il craindre une crise postélectorale.

Moriba DIAWARA

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Circulation alternée à Bamako: Un désastre sans fin pour les usagers !  

    La circulation alternée a débuté le 19 août 2019 durant le mois de …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils