mardi 31 janvier 2023
Accueil | Société | Sikasso dans la douleur : Le martyre Abdoulaye coulibaly a été accompagné à sa dernière demeure.  

Sikasso dans la douleur : Le martyre Abdoulaye coulibaly a été accompagné à sa dernière demeure.  

C’est dans une immense douleur que la ville de Sikasso, toutes populations et toutes organisations politiques ensemble, a assisté ce mardi 26 mai 2020, à l’enterrement d’un de ses valeureux fils tombé en martyre sous les balles des Forsat. Deuil lourd difficilement oubliable.

Il s’appelle Abdoulaye Coulibaly dit Tata, jeune sportif bien connu dans la cité. Il a été profondément atteint à l’abdomen lors des dernières manifestations qui ont tenu en haleine Sikasso, suite aux trucages éhontés des résultats des dernières élections législatives, deuxième tour du 19 avril dernier. Il a succombé à ses blessures tôt le matin du mardi, 26 mai. Il est mort pour avoir tout simplement participé à la réclamation de la transparence quant aux résultats des votes citoyens. Le pouvoir de Bamako, en guise de réponse, dépêche, en lieu et place des forces de maintien de l’ordre, tout bonnement les Forsat (Forces Spéciales Anti Terroristes) contre les populations de Sikasso. Un acte dont la préméditation ne peut être niée puisque tout le monde connaît la mission des Forsat.

Abdoulaye Coulibaly dit Tata est mort pour avoir pacifiquement protesté contre le vol et le viol des votes aux côtés d’autres citoyens dans la cité de Tiéba Traoré et de Babemba Traoré. Il est mort parce qu’il a fait preuve d’exigence citoyenne. Plusieurs autres ont été cruellement atteints aux cuisses, aux jambes, aux mains; lui, la perfide balle lui a pénétré le ventre. On mesure la douleur qui a été la sienne depuis; on mesure la peine endurée par sa famille, ses amis et ses proches. Les autorités, qui osent ainsi envoyer des Forces Spéciales Anti Terroristes contre les populations civiles peuvent-elles avoir la conscience tranquille? Selon la famille du jeune martyr, les Sikassois, à l’unisson, entendent déposer plainte pour que justice soit faite. Réaction civilisée à l’opposé du pouvoir barbare d’un autre temps.

Ahmad Ould Bilé

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Interdiction du sachet plastique au Mali: La persistance de la vente cache-t-elle un négoce protégé?

  Sous la table, le boutiquier du coin offre encore un emballage censé prohibé par …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils