lundi 4 juillet 2022
Accueil | International | Sécurité du Liptako-Gourma : Le NDI à pied d’œuvre

Sécurité du Liptako-Gourma : Le NDI à pied d’œuvre

Les pays de Liptako-Gourma, le Burkina Faso, le Mali et le Niger, tous membres du G5 Sahel, connaissent de grands défis pour la stabilité et la sécurité à cause d’une montée alarmante de l’extrémisme violent, du terrorisme et du crime organisé, financés par le trafic illicite d’armes et de drogues. À tel enseigne que l’insécurité grandissante pour les populations locales compromet  tout développement économique et social dans la Sous-région tout en empêchant la mise à disposition des services sociaux de base, telle que l’éducation et la santé. Face à la problématique, le National Democratic Institute (NDI) mutualise les forces ces dernières années en vue de contribuer à la paix et à la sécurité sous-régionale.

En effet, malgré la mise en place de la force conjointe des pays du G5 Sahel ayant pour mandat de faire des opérations antiterroristes dans la zone, le cadre de concertation de Liptako Gourma est loin d’être obsolète. Il peut servir de cadre d’actions communes pour lutter contre l’insécurité dans la Sous-région et permettre d’échanger des informations et d’harmoniser les politiques régionales et nationales entre pays voisins dans les secteurs de la sécurité et de la défense.

C’est dans cette optique que le NDI a organisé, du 26 au 28 février 2018, dans notre pays, un forum pour la mise en place d’un mécanisme de concertation entre les Commissions Parlementaires Défense/Sécurité et les Organisations de la société civile (OSC) du Burkina Faso, du Mali et du Niger. Les Gouvernements du Danemark et de la Norvège ont pris en charge le financement. Les Ambassadeurs  danois et de la norvégien au Mali, la Directrice de NDI, le Représentant du Président de l’Assemblée Nationale du Mali ont présidé conjointement la cérémonie d’ouverture des travaux.

Durant les trois jours, les échanges ont porté sur, entre autres,  la situation sécuritaire actuelle, les défis et les initiatives en cours : rappel des rôles pour les parlementaires et les OSC ; état et défis de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali ; la dimension du genre dans la sécurité. Sur ce point, le forum a mis l’accent sur les  contributions et les défis spécifiques des femmes comme actrices politiques et sociales dans une situation sécuritaire précaire.

Aussi, les participants ont débattu le rapport entre les forces de sécurité et les citoyens dans les trois pays : défis et opportunités ; et le rapport entre les parlements et de la société civile : comment perfectionner la collaboration au profit des populations ?

Rappelons que ce forum de Bamako est le deuxième du genre. Le NDI a organisé le 1er forum multiacteurs sur la gouvernance démocratique du secteur de la sécurité à  Ouagadougou du 29 novembre au 1er décembre 2016. Il s’est tenu dans le cadre du programme du NDI ‘’renforcer la supervision et le contrôle démocratique du secteur de la sécurité’’, financé par le Royaume de Danemark et la Norvège. Le forum a été suivi par une visite d’études de six parlementaires des trois pays, tous engagés dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, au Congrès américain et la chambre des Représentants de l’État du Maryland en novembre 2017. Cette visite, organisée par le NDI, a permis aux Députés sahéliens d’échanger avec leurs homologues américains et de renforcer les liens entre les trois parlements africains. Depuis le forum de Ouagadougou, NDI a continué de travailler avec les organisations de la société civile partenaire du programme aux trois pays, et de les appuyer dans leur travail de suivi et de plaidoyer ainsi que le réseautage. Cela, pour renforcer leurs capacités et de faire avancer l’implication de la société civile dans le contrôle citoyen et la gouvernance démocratique du secteur de la sécurité.

Oumar Diakité : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

MÉDIATION DE FAURE DANS LA CRISE MALI-CEDEAO: Le doute des analystes politiques togolais  

    À Bamako, les regards sont tournés vers Lomé où les autorités ont sollicité …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils