mercredi 30 septembre 2020
Accueil | Société | Rencontre entre le Premier ministre et les Secrétaires généraux du CECOGEC : ‘’ Une ouverture des frontières  grâce à la relative défervescence de la pandémie à Covid-19 ‘’

Rencontre entre le Premier ministre et les Secrétaires généraux du CECOGEC : ‘’ Une ouverture des frontières  grâce à la relative défervescence de la pandémie à Covid-19 ‘’

Le Premier ministre, Dr Boubou Cissé a rencontré les secrétaires généraux du Comité interministériel de gestion des crises et catastrophes. C’était mardi 21 juillet 2020, à la Primature.

Au cours de cette rencontre entre le Premier ministre, Dr Boubou Cissé et les Secrétaires généraux du Comité interministériel de gestion des crises et catastrophes, était inscrit comme principal ordre du jour, l’analyse et la validation d’un document de procédures opérationnelles standardisées en matière sanitaire (SOP’s) pour la réponse contre la pandémie de COVID-19, dans la perspective d’une réouverture des frontières.

Selon ses dires, notre pays où les premiers cas ont été enregistrés en fin mars a dû, à l’instar de nombreux autres pays, engager des mesures contraignantes comme la fermeture des frontières aériennes et terrestres. « Face aux évolutions constatées dans notre pays, et conformément aux directives de la CEDEAO, le Mali a décidé de rouvrir ses frontières », a-t-il affirmé.

Cependant, c’est dans cette optique que le Centre de Coordination de Gestion des Crises et Catastrophes (CECOGEC) a élaboré un document qui a été soumis au Premier ministre et aux secrétaires généraux, prenant également en compte les précautions sanitaires afin de ne pas favoriser la dissémination de la maladie. Or, les procédures d’accueil ont été renforcées à l’arrivée sur notre sol comme la présentation d’une attestation de non-contagion, être équipé de masques, se soumettre au test à l’arrivée ainsi qu’au confinement en cas de doute ou de confirmation, etc.

Aussi, sur le même principe, des mesures similaires et adaptées seront appliquées aux frontières terrestres, jugées plus difficiles à contrôler en raison de l’afflux massif qu’elles ne manqueront pas d’enregistrer.

« Les services sanitaires disposent à ce jour de quatre laboratoires de classe internationale qui peut  réaliser jusqu’à un millier de prélèvements et de tests par jour à Bamako sans compter les laboratoires mobiles déployés à l’intérieur du pays comme à Tombouctou. Des caméras thermiques supplémentaires destinées à la prise de température corporelle ont également été installées à l’aéroport de Bamako- Sénou », ont-ils déclaré.

Ensuite, le Premier ministre a demandé à ce que la collaboration s’étende à d’autres laboratoires agréés et que soient renforcés les équipements sanitaires de pointe pour enrichir un plateau technique déjà relevé. Par fini, il a insisté sur le strict respect des procédures édictées dans le document, car, si au Mali nous connaissons une relative défervescence, ailleurs dans le monde et même dans la sous-région, la pandémie connaît un regain inquiétant.

Aïssétou Cissé

CCRP – PRIMATURE

Malick Diancoumba

Voir aussi

Élection à la tête du CNPM  : Mamadou Sinsy Coulibaly accuse l’ORTM de “partialité’’ dans le traitement de l’information  

Après l’élection très controversée de Diadié Sankaré à la tête du Conseil national du patronat …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils