vendredi 18 septembre 2020
Accueil | Société | Mot de la semaine : Massacre

Mot de la semaine : Massacre

Le Mali a-t-il ressemblé à la Tchétchénie les 10, 11 et 12 juillet 2020 ? Telle est la question que beaucoup d’observateurs se posent après le massacre perpétré par des hommes sans foi ni loi. Des tueurs en série sous la tenue des forces de Défense et de Sécurité du Mali. Ceux qui ont perpétré ces crimes odieux sont-ils réellement des maliens ? Comment peuvent-ils retourner l’arme contre leur peuple ? Les commanditaires n’ont-ils pas d’autres agendas?
Le bilan macabre de cette barbarie d’une autre époque, selon des sources hospitalières, serait de 15 morts et de plus de 125 blessés. Par ce massacre des populations civiles, le régime IBK semble franchir la ligne rouge et s’expose désormais à des poursuites de la Cour Pénale Internationale. Le régime, en franchissant le Rubicon du tolérable, passe aujourd’hui pour être l’un des régimes les plus sanguinaires du monde. Ce massacre d’une autre ère est la preuve que le régime IBK est prêt à tout pour se maintenir au pouvoir. Sinon, comment comprendre qu’un Président de la République qui jouit d’une légitimité, puisse réserver un tel triste sort à une frange importante de sa population dont le tort serait de réclamer sa démission et celle de son régime.

Le dialogue qui aurait dû être amorcé avant même les tueries, a désormais du plomb dans l’aile, car les victimes que sont les militants du M5 RFP, ne seront plus prêtes à s’assoir autour de la même table que leur bourreau. Et du coup, les leaders du M5 RFP ont remis en jeu la première revendication, celle relative à la démission du Président de la République. Ils sont tellement déterminés que les médiateurs nationaux et internationaux auront non seulement du pain sur la planche, mais aussi et surtout, auront du mal à convaincre le M5 RFP à revenir autour de la table de négociation.
Ils auront fort à faire pour convaincre les leaders du M5 RFP qui, en plus de l’émotion et de la colère, sont arrivés à la conclusion qu’il n’y a rien à négocier, à part les modalités de la démission d’IBK et de son régime. IBK n’a-t-il pas semé le vent pour ensuite récolter la tempête ?
Le Président de la République a laissé la situation pourrir pour ensuite parer au plus pressé. Sinon la mission de haut niveau de la CEDEAO avait fait différentes recommandations de sortie de crise. Ces recommandations pouvaient être une base de discussion pour le régime, mais, comme maudit par les dieux de la paix et de la stabilité, le Président de la République a tout simplement placé ces propositions dans les placards en pensant pouvoir canaliser les manifestants et les tenir à l’usure. Mauvais coaching de la part du Président de la République, car les manifestants sont sortis encore plus nombreux le 10 juillet 2020 et leur détermination n’a jamais faibli. S’en est suivi le plus grand massacre post révolution 91. Les mains des tenants du pouvoir sont tachées de sang des innocents. Ainsi, pour atténuer la colère des militants du M5 RFP, IBK a vidé la Cour Constitutionnelle, en abrogeant le décret de nomination des membres restant de l’institution. Comme si cela ne suffisait pas, Karim Keita, le Président de la Commission Défense de l’Assemblée Nationale et non moins fils du Président de la République, a jeté l’éponge à la Commission. Ces deux gestes, bien que significatifs, ne sont pas parvenus à calmer la colère des manifestants qui ne demandent rien d’autre que la démission d’IBK et celle de son régime.
Youssouf Sissoko

Malick Diancoumba

Voir aussi

L’EXPLOITATION DE L’OR : la Somisy doit plus de 227 milliards CFA au Mali sur seulement trois années d’exercice              

«Mali Lithium» va lever 70 millions de dollars australiens (38 713 724 000 F Cfa) pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils