mardi 29 novembre 2022
Accueil | Société | Mois de Ramadan : Les prix des denrées alimentaires en hausse

Mois de Ramadan : Les prix des denrées alimentaires en hausse

A quelques jours du mois saint de Ramadan, les prix des denrées alimentaires comme le sucre,  le lait, les céréales, les légumes ou encore l’huile connaissent  une hausse. Cela, comme de coutumier, provient à chaque année de la même période.

Suite à notre dernière enquête effectuée sur les différentes places de marchés de Bamako, il est établi que les aliments de première nécessité ou les plus prisés par les populations au cours de ce mois  lunaire ont vu leurs prix augmenter. «Les sacs de légumes comme les tomates, les choux et les carottes, qui se vendaient à 11.500 l’unité il y a quelques semaines, coûtent aujourd’hui  12500 ;  car, on est à l’approche du carême », nous a affirmé une vendeuse de légumes en tas au Marché de Médine.

Le lait et le sucre sont dans la même lancée. Mais nos enquêtes, c’est le prix du sucre qui a grimpé, quant au lait, il est stable pour l’instant.

Selon Oumar Kontao, un commerçant au marché de Médine, «Le kilo du sucre est de 600 francs CFA, le sac à 27.500 francs CFA. Le sac de lait est de 50.000 francs CFA soit le kilo à 2200 francs CFA. Ces deniers temps, le prix du lait n’a pas varié par rapport au sucre qui a vu son prix augmenter. Le carême de cette année risque d’être difficile par rapport à celui de l’année dernière ; car, les prix du sucre et du lait étaient relativement stables par rapport à cette année».

Pour Hamidou Diamoutènè, vendeur de céréale : «Le mois de Ramadan a trouvé que le prix des céréales était déjà en augmentation cela prouve que cette année sera plus difficile encore. Je vends le kilo de mil à 300 francs et le sac de 100 kg à 30000 francs et le riz à 400 francs (le sac de 100 kilos 37000francs CFA). Notre souhait est que le prix soit stable au profit de tous les commerçants et nous les marchands détaillants».

Les ménages ont vu le prix de l’huile à la hausse ces derniers temps. Selon un vendeur de la place, cette année, les prix  sont très élevés par rapport à ceux pratiqués l’an dernier à la même période de carême.  Le litre d’huile produit ici au Mali était vendu à 850 francs CFA (le bidon à 16000 francs CFA). L’huile importée est beaucoup plus chère que celle de la production locale.

Les ménagères se plaignent de la hausse des prix des denrées alimentaires à quelques jours du Ramadan. Selon Dr Salimata Sissoko, il y a certains produits de première nécessité dont on a toujours besoin et que leurs prix soient cependant élevés. C’est comme l’huile, le sucre et le lait. Surtout dans ce mois de carême. «Si l’Etat peut faire une subvention pour faire diminuer ces différents prix, cela nous fera plaisir », a-t-elle plaidé.

La situation est identique pour les condiments aussi. Or, c’est surtout lors de ce mois saint du Ramadan que tout musulman doit chercher des bénédictions mais en revanche nous constatons que c’est le contraire. Les gens font des pêchés à surenchérissant les vivres.

Mariam Sissoko et Fatoumata Bintou Tounkara, Stagiaires : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

CONSOMMATION DE DROGUE CHEZ LES JEUNES A ATTBOUGOU : Un Phénomène inquiétant au Mali

  Le phénomène de la consommation de drogue chez les jeunes dans les logements sociaux …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils