mercredi 22 septembre 2021
Accueil | International | Le Jihad 2.0 brise les frontières pour toujours plus d’attentats : Orlando, San Bernadino, Bruxelles…

Le Jihad 2.0 brise les frontières pour toujours plus d’attentats : Orlando, San Bernadino, Bruxelles…

La pire tuerie de masse de l’histoire des Etats-Unis, mais aussi l’attentat le plus meurtrier sur le sol américain depuis les attentats du 11 septembre 2001. Voilà ce qu’a été la fusillade survenue dans la nuit de samedi 11 au dimanche 12 juin 2016, commis par Omar Mateen, un américain d’origine afghane qui se serait auto endoctriné via les sites internet de propagande du terrorisme islamiste radical. Il s’agirait donc d’un loup solitaire. Dans les heures qui ont suivi, l’EI a revendiqué l’attentat.

 

Voilà donc une habile manière pour perpétrer des attentats un peu partout dans le monde. L’international du terrorisme islamiste radical utilise le web comme une redoutable arme de guerre. Il lui suffit, via les sites internet qu’il a créés et les réseaux sociaux, de poster le plus grand nombre de tracts et autres supports à fort caractère propagandiste. L’appât est donc lancé. Reste uniquement qu’un individu morde à l’hameçon en rentrant dans la spirale démoniaque de la haine de l’autre que prône le terrorisme islamiste et qu’il perpètre, de manière isolée, un attentat au nom soit disant de l’Islam. Alors, les cadres terroristes n’auront qu’à faire de la récupération en revendiquant l’attaque perpétrée. Comme il est de plus en plus difficile de planifier des attaques de l’extérieur des pays occidentaux pour ensuite y entrer avec armes et explosifs, les terroristes utilisent ce champ de bataille virtuel qui souvent cause d’importants dégâts dans le monde réel. Le Jihad 2.0 a encore, fort malheureusement, de beaux jours devant lui, surtout en l’absence d’une véritable stratégie de lutte anti-terroriste à travers la toile.

Par ailleurs, cette énième attaque sur le sol américain prouve bien la prolifération des loups solitaires : Le 5 novembre 2009, un psychiatre de l’armée américaine ouvre le feu sur la base militaire de Fort Hood, au Texas. Le bilan : 13 morts et une trentaine de blessés. Le tireur Nidal Malik Hasan est un Américain d’origine palestinienne. L’enquête prouvera qu’il échangeait régulièrement des emails avec un imam extrémiste du Yémen. Le 15 avril 2013, une double explosion retentit sur la ligne d’arrivée du marathon de Boston. On dénombre alors trois morts et 264 blessés. Les assaillants, les frères Tsarnaev, étaient deux étudiants musulmans d’origine tchétchène. Sur les réseaux sociaux, l’aîné partageait des vidéos faisant l’apologie du jihad. Le 2 décembre 2015, un couple ouvre le  feu sur un centre social à San Bernardino, en Californie. Syed Farook et son épouse Tashfeen Malik ont fait 14 morts et 21 blessés. Tashfeen Malik avait prêté allégeance à l’État islamique.

D’autres attaques de ces tueurs auto-endoctrinés sont à déplorer à travers le monde : En mars 2012 en France, Mohammed Merah prenait pour cible des soldats français puis, quelques jours plus tard, des civils à proximité d’une école juive en Midi-Pyrénées. Il a été présenté comme étant un terroriste solitaire, sans lien avec un groupe militant. Le 24 mai 2014, au Musée juif de Belgique à Bruxelles, un individu ouvre le feu sur 4 personnes, en en  tuant 3. Le 30 mai 2014, un suspect, Mehdi Nemmouche, est arrêté à Marseille en possession d’armes de guerre. Il est présenté par la presse comme un loup solitaire. De son côté, l’Etat Islamique justifie cette razzia des attentats dans le cinquième numéro de sa revue en anglais « Dabiq » en ces termes :

« Toutes ces attaques ont été le résultat immédiat des appels à l’action du Shaykh, le porte-parole de l’EI, Abou Mohammed Al-Adnani, et elles révèlent la poudrière prête à s’embraser dans chaque pays occidental et qui n’attend plus que le bon moment pour exploser et provoquer des actions violentes ».

Tous les Etats du monde devront prendre à bras le corps l’enjeu virtuel de la lutte contre le terrorisme. Les multinationales du net et des smartphones ainsi que les réseaux sociaux devront prôner l’intérêt général plutôt que celui privé.

Ahmed M. Thiam

thiam@journalinfosept.com

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Assassinat du chef du groupe État Islamique au Grand Sahara par les forces françaises: Troublée par l’annonce de l’arrivée des Russes, la France joue-t-elle à la propagande ?  

  La propagande est devenue le sport favori des autorités françaises chaque fois qu’elles sentent …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils