vendredi 25 juin 2021
Accueil | Société |  Le couvre-feu au Mali : Tôt établi, tôt levé

 Le couvre-feu au Mali : Tôt établi, tôt levé

Tôt fait, comme un gâteau vite fait, pour contrer bien sûr le Covid-19. Tôt levé, car les cas positifs au Covid-19 s’amplifient. Était-ce le bon moment pour lever ce couvre-feu face à une pression populaire qui n’aurait pas lieu d’être ? Avons-nous d’expliquer à chacun que ces mesures sont prises pour protéger les populations ? 

Ils sont des milliers de Maliens qui ne croient toujours pas à l’existence de la pandémie à Coronavirus dans notre pays. La levée de ce couvre-feu représente un risque pour la propagation de cette pandémie. Et de ce fait, il fallait maintenir coute que coute ce couvre-feu. Qu’est-ce qu’alors un couvre-feu ? Selon le directeur général adjoint de la Police, l’inspecteur général Moussa Boubacar Mariko : « Le couvre-feu est une interdiction, une décision administrative qui interdit à la population de circuler dans la rue durant une certaine période de la journée, généralement le soir et tôt le matin. Elle est ordonnée par le gouvernement ou tout responsable d’un pays, d’une région ou d’une ville. Cette mesure est souvent décrétée en cas de guerre ou bien en temps de guerre. Son but est de permettre aux forces de l’ordre, civiles et militaires, de mieux assurer la sécurité de la zone sous couvre-feu et de limiter la libre circulation d’une certaine catégorie de personnes, comme les femmes ou les mineurs. » Il faut dire et approuver que le gouvernement de la République du Mali a sans doute cédé à la pression populaire. Quoi de noble dans une nation ou le chef d’État protège son peuple ? L’esprit de ce couvre-feu n’aura pas été compris, en tout cas par le peuple, pour le bonheur de ceux qui par ces mesures éviteront la contamination. Ces avantages sont visibles, car il avait réduit le banditisme, les braquages de motos, etc., même si, reconnaissons-le, plusieurs chefs de famille ont également des bouches à nourrir en travaillant pendant la nuit. Chacun devrait se conformer strictement aux mesures édictées en la circonstance. En Côte d’Ivoire le couvre-feu a été levé, parce que dans ce pays il n’y a pas eu de cas positifs depuis plus de 20 jours alors que chez nous au Mali, les cas s’enchainent. Comparaison n’est forcément pas raison. À notre humble avis, les heures de couvre-feu pouvaient être réduites à sa juste valeur.

Moriba DIAWARA

Malick Diancoumba

Voir aussi

Jeunesse et Solidarité participative: Quand deux associations juvéniles se donnent la main, pour apporter leur petite pierre à l’édifice national.

Dans un contexte de difficulté de tout genre, qui malheureusement a accentué la pauvreté financière, …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils