mardi 28 juin 2022
Accueil | Société | La Fondation Konrad Adenauer ouvre le débat sur la relation entre l’Etat moderne et la religion

La Fondation Konrad Adenauer ouvre le débat sur la relation entre l’Etat moderne et la religion

La Fondation Konrad Adenauer en partenariat avec l’Université privé Cheicknè Diallo (UPCD) a organisé les 28 et 29 septembre 2017 au Grand Hôtel de Bamako un colloque international sur le thème «Etat Moderne et Religion». La cérémonie d’ouverture, présidée par M. Abdoulaye Diakité, chef de Cabinet du ministère en charge de l’Enseignement supérieur, s’est déroulée en présence de l’ambassadeur d’Allemagne au Mali, M. Dietrich Becker, de la représentante résidente de la Fondation au Mali, Mme Christina Wagner. On notait aussi la présence de nombreux responsables politiques, de chercheurs, d’universitaires, d’écrivains et plusieurs experts venus entre autres du Niger, du Burkina Faso et de la Côte d’ivoire. Au cours de ces deux jours d’assises et à travers différents panels, les participants ont abordé des sujets tels que l’Etat moderne et la séparation des pouvoirs, l’influence de l’islam sur le droit positif malien, l’influence religieuse et sa place dans un Etat moderne. Ils se sont penchés aussi sur les concepts de gouvernance dans les manuscrits anciens et de la gestion des cultes dans les Etats francophones d‘Afrique.
A l’ouverture de la rencontre, Mme Christina Wagner, a dans son mot de bienvenue fait savoir son plaisir de retrouver les uns et les autres, pour parler du Mali, de l’Etat malien, de la religion et des interférences qu’il peut y avoir entre ces différentes notions, qui sont porteuses, pour elle, du meilleur comme du pire. Elle soulignera qu’aujourd’hui, «il n’est pas exagéré de soutenir que la religion est devenue, dans certains pays, notamment dans le Sahel, une menace pour l’Etat moderne. Elle menace le principe de laïcité dans le sens où l’islam s’impose comme la seule religion et déstabilise les Etats à travers les formes de politisation diverses auxquelles elle est soumise». Mme Wagner ajoutera que le colloque veut établir des difficultés de l’Etat moderne, notamment le Mali et ceux du sahel dans la gestion du phénomène religieux.
Quant à l’ambassadeur de l’Allemagne au Mali, tout en écorçant la laïcité malienne, il dira que le débat autour de la question ne touche pas seulement le Mali. Pour lui, le problème se trouve aussi au Burkina, au Niger où il faut réajuster ces rapports entre les religions. Il indiquera que le Mali, à l’image de ces pays, a hérité d’une laïcité radicale de l’occident, plus précisément de la France.
lecombat.fr

Djibril Coulibaly

Voir aussi

ASSEMBLÉE ORDINAIRE DU GPAC: Les responsables s’engagent pour la mise en œuvre des recommandations

    Le Groupement professionnel des agences de communication du Mali (GPAC) a tenu, hier …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils