dimanche 28 février 2021
Accueil | Education | Présentation et discussions sur le livre «la politisation de l’islam; entre persuasion et violence»

Présentation et discussions sur le livre «la politisation de l’islam; entre persuasion et violence»

La Fondation Konrad Adenauer a organisé le mercredi 27 septembre 2017 au Grand hôtel de Bamako une cérémonie de présentation de l’ouvrage intitulé «la politisation de l’islam; entre persuasion et violence».
La rencontre a regroupé autour des responsables de la Fondation d’éminents professeurs, de chercheurs et d’écrivains. Ainsi, pour Mme Christiana Wagner, représentante résidente de la Fondation Konrad Adenauer, «à l’heure, où on parle de l’islamisme ou l’islam radical, des idéologies radicales et de terrorisme, ce livre arrive à point nommé pour nous donner l’éclairage sur toutes ces questions qui alimentent le débat, non seulement au Mali, mais dans tout le Sahel». Elle indiquera que les pays du Sahel s’organisent pour lutter contre les formes de politisation de l’islam et le terrorisme. Car, dit-elle, pas plus tard que la semaine dernière, la question a été au cœur des débats à l’Assemblée générale des Nations-Unies.
Alors, pour elle, le sujet est d’actualité et ce n’est pas par hasard que cette dédicace a lieu la veille du colloque que la fondation a organisé les 28 et 29 septembre 2017 sur le thème : «l’État moderne et la religion». Ce colloque a ouvert les discussions sur la gestion de la religion par l’Etat moderne. «Voilà pourquoi nous avons choisi de séparer les deux activités pour permettre à celle-ci d’approfondir les débats sur la politisation de l’islam » souligne-t-elle.
En effet, après l’introduction du Dr Kalilou Sidibé et sous la modération du Professeur Ibrahim N’Diaye, l’auteur du livre, le Docteur Rahmane Idrissa, de nationalité nigérienne a fait un exposé sur l’ouvrage. Pour lui, le livre «la politisation de l’islam dans le Sahel; entre persuasion et violence» est une étude comparative de cinq pays du Sahel, du point de vue de la politique de l’islam. Il s’agit du Burkina Faso, du Mali, du Niger, du Nord du Nigéria et du Sénégal. L’objet central de l’étude est une idéologie politique, à savoir le salafisme radical. Dans l’ouvrage, l’auteur compare le développement du salafisme radical dans les cinq pays en analysant pour chacun d’entre eux ses racines historiques, ses assises sociologiques, ses rapports avec l’État et sa confrontation avec d’autres idéologies politiques, y compris de nos jours le libéralisme à l’œuvre dans les processus de démocratisation des États du Sahel. Une thèse clé de l’étude est que l’émergence du salafisme radical remonte aux années 1940 et résulta, à cette époque, du clash entre la mission civilisatrice franco-anglaise et le processus d’islamisation de masse. Ce qui n’a, quelques exceptions près, commencé au Sahel que sous la colonisation et cela en dépit du fait que l’islam soit une religion anciennement implantée dans la région. Pour l’auteur du livre, ces circonstances ont déterminé l’évolution de l’idéologie, avec notamment quelques différences significatives entre le Nigeria du Nord et les ex-colonies françaises. L’étude s’efforce de comprendre également pourquoi dans certains cas le radicalisme politique a récemment abouti au recours à la violence armée tandis que dans d’autres, il a eu recours plutôt à la persuasion, à l’instar d’autres idéologies politiques. Retenons enfin que l’un des temps forts de cette cérémonie présentation a été la séance des discussions.
lecombat.fr

Djibril Coulibaly

Voir aussi

EDUCATION AU MALI: Plus de 400 mille enfants privés de leur droit fondamental  

  Au Mali, l’insécurité continue toujours de priver des centaines de milliers d’enfants de leur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils