dimanche 27 septembre 2020
Accueil | International | « Je ne sais plus ce qu’il nous reste comme pays » : dans Beyrouth en ruines, une nuit d’horreur et de sidération

« Je ne sais plus ce qu’il nous reste comme pays » : dans Beyrouth en ruines, une nuit d’horreur et de sidération

Une détonation partie d’un stock de nitrate d’ammonium, ressentie jusqu’à Chypre, a fait plus de 100 morts et près de 4 000 blessés, laissant la capitale libanaise mutilée et ses habitants sous le choc.

Des voitures se sont garées en catastrophe. Des hommes et des femmes en sortent en courant, crient, implorent les soldats déployés devant l’un des accès menant au port de Beyrouth de les laisser passer. Mais l’officier reste ferme. Il y a trop de morts et de blessés sur le site de la terrifiante explosion qui a secoué la capitale libanaise, mardi 4 août, en fin d’après-midi. La route n’est ouverte qu’aux secours et aux véhicules militaires qui filent à toute allure.

Ziad, la cinquantaine, n’a pas pu franchir le cordon de sécurité. Il a les larmes aux yeux : « Mon frère travaille au port, je suis toujours sans nouvelles de lui. » Il tente, encore et encore, de l’appeler. Il voudrait que quelqu’un le rassure. En cet instant, personne ne le peut. Des colonnes de fumée montent dans le ciel, d’incessantes sirènes d’ambulance retentissent dans une ville sidérée, pétrifiée. Le bilan des victimes n’a cessé de grimper : mercredi matin, on compte plus de 100 morts et près de 4 000 blessés. Le bilan est provisoire.

Le 4 août 2020 comptera parmi ces jours de sang et d’horreur dont les Libanais se souviendront à jamais. Chacun se rappellera de ce qu’il faisait peu après 18 heures, lorsqu’une gigantesque explosion a retenti et s’est fait entendre bien au-delà du centre de la ville, dont le port est tout proche. Pour Akram Al-Moussaoui, ce sera ce moment où il s’apprêtait à rejoindre son domicile à Chiyah, dans la banlieue de Beyrouth. « Parce qu’on a peu de travail en ce moment, j’étais parti plus tôt de mon bureau, en face du port. A une demi-heure près, c’était peut-être fini pour moi. Je suis effondré pour tous ceux qui étaient dans le secteur, et qui y sont morts », dit-il, devant les locaux de son bureau qui ne ressemble plus qu’à un magma de bois, de fer et de câbles.

le monde

Malick Diancoumba

Voir aussi

PERSPECTIVES DE PRINTEMPS OUEST-AFRICAIN : Ces vieillards qui persistent à nous gouverner

Un des paradoxes notables au niveau de la gouvernance en Afrique, est que malgré une …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils