jeudi 22 octobre 2020
Accueil | Société | Grève illimitée des agents de santé : La FENASCOM exige la réouverture des CSCOM

Grève illimitée des agents de santé : La FENASCOM exige la réouverture des CSCOM

La  fédération nationale des associations  de santé communautaire (FENASCOM), sous la conduite de son Président Yaya Zan Konaré, a animé une conférence de presse à son siège, hier, mardi 11 avril. A l’ordre du jour, exiger la libération à tout prix les CSCOM dont le blocage a causé d’énormes effets collatéraux.

Suite à la grève illimitée qui dure d’un mois plein aujourd’hui, les Responsables des structures de santé relevant des collectivités locales, par la voix de la Fédération nationale des associations de santé communautaire, viennent de rompre le silence pour exiger la reprise de service dans les centres de santé communautaire. Cela, sur toute l’étendue du territoire national. La FENASCOM se met au-dessus de la mêlée dans la crise qui oppose le Gouvernement au syndicat de la santé. L’essentiel pour elle c’est la libération des centres de santé, la reprise effective du service par tous les agents de santé en grève il y a un mois maintenant.

Ainsi,  au cours de cette conférence de presse, un appel pressant  et, à la fois, patriotique et ferme, a été lancé par le Premier Responsable de la FENASCOM qui est une association faitière membre l’organisation de la santé communautaire et des associations mutuelles de la santé. «Depuis le jeudi 9 mars 2017, nous constatons et déplorons l’observation d’une grève illimitée par le personnel de nos centres de santé communautaire et ceux des mutuelles de santé», a dit le conférencier.

En effet, il rappela que ce sont les groupements des syndicats (syndicat national de la santé, de l’action sociale et de la promotion de la famille avec la fédération des syndicats de la santé et de l’action sociale du Mali) qui ont décidé, de la base au sommet, d’aller en grève illimitée. Ce qui paralyse actuellement le fonctionnement normal de tous les centres de santé et services socio-sanitaires les plus à proches des populations. «Nous regrettons, souligne-t-on du côté de la FENASCOM, d’autant plus que cette grève est intervenue sans concertation entre toutes les parties prenantes.

Selon les conférenciers, le préavis de grève n’a pas été soumis à l’appréciation de la FENASCOM, alors que la grève en question, dans son application, concerne bel et bien tout le personnel des CSCOM et plus particulièrement ceux qui sont liés par un contrat avec les ASACO et la Mutuelle de santé. Il est difficile de comprendre aujourd’hui que le FENASCOM soit exclue des négociations autour d’un préavis de grève dont les personnels recrutés et payés par l’ASACO et la Mutuelle de santé sont concernés. Le Gouvernement, à travers le Ministère en charge du Travail, n’a pas voulu associer la FENASCOM, malgré son Statut de Représentant légitime des ASACO et des Mutuelles de santé qui sont les employeurs de cette catégorie de travailleurs dans les CSCOM et les centres de santé de mutuelle. Selon eux, il est, donc, du devoir de la FENASCOM de rappeler que, selon la loi n°02-049 du 22 juillet 2002, portant loi d’orientation sur la Santé publique, les établissements, créés par les associations de santé communautaire (SACO) sont dénommés centres de santé communautaire (CSCOM).  Le décret n°05-299/P-RM du 28 juin 2005, révisé en partie par celui de 2013-711 dit que seules les ASACO peuvent créer et faire fonctionner les CSCOM. N’ayant, donc, pas reçu de préavis de grève en ce qui concerne le personnel de santé payés sur fonds propres de l’ASACO et eu égard aux dispositions légales, la FENASCOM se réserve le droit de ne pas reconnaitre cette grève. En tout cas, pour ce qui concerne les agents sous contrat avec les ASACO. En tout état de cause, les textes étant là pour situer les responsabilités, la FENASCOM est habilitée à intervenir raison pour défendre les intérêts et droits légitimes des populations locales.

Mohamed BELLEM  : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Programme de Renforcement de la Résilience à l’Insécurité alimentaire et Nutritionnelle et de la lutte contre la pandémie du COVID-19 : 15 millions d’Euros destinés à l’achat de produits alimentaires et leur vente  

Sur le rapport du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, le Conseil …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils