mercredi 22 septembre 2021
Accueil | Société |  Grève des conducteurs de Sotrama : un problème lie la gestion du  péage!

 Grève des conducteurs de Sotrama : un problème lie la gestion du  péage!

Dans la matinée d’hier, les habituels des transports en commun tels le Sotrama, ont été surpris, par la grève des conducteurs des Sotrama qui n’a fait aucune annonce d’arrêt de service pour la journée. 

Depuis, un certain moment les transporteurs de camion sont confrontés à un problème de péage, dont les autorités n’en font pas leur affaire. Surtout la route qui mène à Koulikoro. Selon des renseignements, lorsque les conducteurs paient le péage, on ne les donne pas de ticket, tandis que la norme veut que le ticket sois livré aux payeurs du péage. C’est ce problème qui fut l’élément déclencheur de cette grève brusque des transports en commun, notamment les Sotrama. Hier, bon nombre des vendeuses ont pris du retard pour se rendre à leur travail, et on pouvait lire sur leurs visages un sentiment de mécontentement envers les conducteurs de Sotrama, alors qu’ils sont dans leur droit de réclamer la corruption de certaines personnes qui empêchent l’État d’avoir ses recettes. Les autorités du pays, surtout le ministre des Transports et des Infrastructures et de l’AG route sont interpellés, enfin de trouver une solution à cette situation. Pour l’instant, nous ignorons les autres contextes de cette grève soudaine des conducteurs de Sotrama, et aussi les autres revendications. En tout cas, il ne s’agirait pas du prix de l’essence et de Gazoïl qui sont en baisse par rapport aux autres années passées. Afin, l’inquiétude des usagers des transports en commun est affichée, mais, il reste de voir si cela continuera dans les jours à venir. À ceci s’ajoute aussi de l’augmentation du prix du pain dans la capitale malienne. Alors que l’histoire des grèves intempestives sont dans les esprits, et que les autorités n’ont pas encore fini avec l’UNTM, malgré, une grande avancée dans les négociations, il y a de quoi à alarmer le gouvernement. Pour conclure, au Mali est devenu un pays où le laisser-aller prime sur les lois de la République, alors qu’il n’y a pas de développement en dehors de la loi.

À suivre

Lansine Coulibaly

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Circulation alternée à Bamako: Un désastre sans fin pour les usagers !  

    La circulation alternée a débuté le 19 août 2019 durant le mois de …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils