vendredi 24 mai 2024
Accueil | International | Esclavage des migrants: témoignage effroyable d’un Sénégalais de retour de Libye

Esclavage des migrants: témoignage effroyable d’un Sénégalais de retour de Libye

L’Organisation internationale pour la migration (OIM) a dénoncé la semaine dernière l’existence de « marchés aux esclaves » en Libye. Un jeune Sénégalais dit avoir été le témoin, dans le Sud libyen, de pratiques qui rappellent l’esclavage. Ce Casamançais a quitté son pays en novembre dans l’espoir de refaire sa vie en Europe. Non seulement il a été « dépouillé » par les passeurs, mais il a aussi vu des Africains de l’Ouest travailler sans salaire pendant des mois dans des plantations libyennes.

Appelons-le Mamadou. Il a 34 ans, a longtemps travaillé dans l’hôtellerie et parle plusieurs langues. En novembre dernier, il décide de tenter sa chance, de traverser le Sahara et la Méditerranée pour gagner l’Europe.

Après Niamey et Agadez, il arrive à Sabha, dans le sud de la Libye. Contre toute attente, il est fait prisonnier par ses propres passeurs et enfermé dans un garage avec des centaines d’autres Africains de l’Ouest, y compris des enfants.

Les passeurs demandent à leurs otages d’appeler leurs familles pour exiger le paiement d’une rançon. « On te frappe, on te maltraite, pendant que tu appelles au téléphone, tu es aussi frappé pour que tes parents entendent tes cris. Ils nous frappent pour qu’on envoie de l’argent. »

Mamadou est, malgré tout, mieux traité que bien d’autres. Comme il parle plusieurs langues, il sert d’interprète aux passeurs qui finissent par le libérer. Il constate alors que des Guinéens, des Ghanéens, des Nigérians, sont forcés à travailler sans salaire dans des plantations pendant des mois.

« Les gens vous font travailler sans vous payer. On est maltraité comme des esclaves, on vous vend, on vous frappe. Il y a champs d’oranges et de tomates là-bas, on vous y fait travailler sans être payé, c’est de l’esclavage », ajoute Mamadou.

Révolté par ce qu’il voit en Libye, découragé, Mamadou décide de faire demi-tour. Avec l’aide de l’OIM, il est retourné au Sénégal, son point de départ, lundi dernier 10 avril.
rfi

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Libération de trois soldats ivoiriens : le résultat du génie diplomatique de Faure Gnassingbé

Les autorités de la transition malienne ont libéré, « à titre humanitaire », trois (03) …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils