dimanche 17 octobre 2021
Accueil | Education | Éducation : La grève persiste malgré les appels de la société civile

Éducation : La grève persiste malgré les appels de la société civile

La synergie des enseignants signataires du 15 octobre 2016 demeure en vigueur. Malgré l’incessant appel de la société civile et tous sacrifices consentis par le Gouvernement, le mot d’ordre de leur grève, lancé il y a bientôt un mois, n’est toujours pas levé. 

 À l’hémicycle de Bagadadji et au palais de Koulouba, il y a eu le vote et l’adoption de la loi portant Statut autonome des enseignants dont la promulgation et le décret d’application ont été adoptés, le vendredi dernier, à l’issue du Conseil des Ministres extraordinaires. Mais toujours est-il que nos amis enseignants demeurent intraitables, sourds à tous les appels et insensibles face à la situation de nos enfants. Ce, en prétextant qu’ils ne sont pas en possession  du décret d’application. Ce qui fait monter au créneau les Responsables de l’association des parents d’élèves et étudiants du Mali pour dire aux enseignants qu’en toute chose ‘‘Trop c’est trop’’. Dans un communiqué rendu public, ils ont déploré ces faits et demandent aux grévistes d’adoucir un peu leur position cartésienne.  C’était le mercredi dernier.

Les élèves des écoles publiques sont toujours à la maison. Cela, depuis le début de ce mois de janvier (2018). Les maîtres refusent de reprendre le chemin de l’école jusqu’à ce que le décret d’application de la loi portant Statut autonome des enseignants soit effectif. «Ce n’est pas seulement l’adoption du décret d’application. On n’est pas en possession du décret et il n’est encore signé ni par le Premier Ministre ni par le Président de la République », a dit Amadou Coulibaly, le Secrétaire Général du Syndicat nationale de l’éducation de base et membre de la Synergie des enseignants grévistes.

Face à cette situation, les parents d’élèves s’inquiètent. Ils reprochent aux enseignants leur position radicale et demandent à ces derniers de mettre un peu d’eau dans leur vin car, l’avenir des enfants est pris en otage.

Malheureusement, même avec cette énième sortie de la société civile pour lancer un appel pressant aux grévistes, les enseignants signataires du 15 octobre 2016 restent toujours agrippés sur leur position initiale.

Cette situation de paralysie au sein de l’école malienne perdure. Bon sang ! Ça va bientôt faire un mois et 50% des élèves du pays sont touchés.

Adama A. Haïdara : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Après la proclamation du résultat du Bac et DEF: Comment gérer le cas des classes de passage ?  

  Après la proclamation de certains résultats, la crise scolaire tend-elle  vers sa fin? Les cas …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils