dimanche 3 juillet 2022
Accueil | Politique | Suspension du Maire Alou Coulibaly : Vers sa radiation du parti URD ?

Suspension du Maire Alou Coulibaly : Vers sa radiation du parti URD ?

 

Longtemps sous les projecteurs des décideurs politiques de notre pays de par des manquements graves observés dans l’exercice de sa mission, le Maire de la Commune VI du District de Bamako, Alou Coulibaly, a fini par faire les frais de ses dérives. A la faveur du Conseil des Ministres du mercredi dernier, il a écopé d’une suspension de trois mois ; toute chose qui n’honore pas son parti, l’Union pour la République et la Démocratie (URD) dont la responsabilité est désormais mise à l’épreuve parce que devant décider du sort à réserver au camarade batailleur.

 

En plus des raisons officieuses selon lesquelles Alou Coulibaly est ainsi sacrifié sur l’autel de la «Plateforme pour le changement» de Moussa Sinko Coulibaly, et offert en holocauste sous les éloges de Ras Bath, la suspension pour trois mois de l’unique Maire URD à Bamako s’explique aussi par un certain nombre de manquements dans l’exercice de sa fonction. Ceux-ci sont entre autres la délivrance d’un ordre de mission à une personne étrangère à la Mairie, des dispenses illégales de paiement de taxes au profit de tierce qui entrainent des pertes financières pour la Mairie et le recrutement de personnel sans l’accord du Conseil communal. Autant de chefs d’accusation qui interpellent la famille politique de l’infortuné. Surtout que celui-ci a dit avoir reconnu les faits qui lui sont reprochés.

 

En effet, l’URD de l’Honorable Soumaïla Cissé, qui s’est toujours voulu un parti sérieux relevant d’une opposition républicaine au régime en place, est indirectement interpellé pour faire la preuve de sa respectabilité. Très prompt dans les critiques acerbes relatives à la corruption, à la gabegie, au favoritisme ; bref, à la mauvaise gouvernance du régime IBK, le parti de la poignée de mains se doit aujourd’hui de démontrer aux yeux de l’opinion nationale et internationale qu’il est aux antipodes de ces valeurs négatives. Cela va de sa sainteté et de sa piété politique. A l’interne, le camarade fautif qui vient de salir l’image des blancs et verts, va devoir, certes, subir des sermons de la part de ses Leaders ; mais, à l’externe, l’URD est vivement attendue pour une réaction destinée non pas à se blanchir mais à se redorer le blason ; car, blanc comme neige, il a paru jusqu’ici, ce parti est aussi truffé de membres peu recommandables de la trempe d’Alou. La preuve est que ce Maire de la Commune VI a été une marionnette aux mains d’autres cadres du parti qui ont commandé la manette de leur seul Maire du District pour finir par se révéler ses fossoyeurs.

 

La réaction attendue de la part de l’URD pourrait, donc, être aussi acerbe que ses critiques de l’action gouvernementale. Au mieux des cas, le Maire suspendu pourrait faire l’objet de réprimandes sèches à officialiser à l’Agora. Alou Coulibaly pourrait aussi subir une sanction allant d’une suspension assimilable à un camp de redressement, à l’observation d’une mesure disciplinaire. Mais, le pire des cas serait sa radiation pure et simple du parti. Dans ce cas qui semble être le plus plausible vu la teneur des fautes commises, le récidiviste n’aura d’yeux que pour pleurer au Général démissionnaire Moussa Sinko Coulibaly et au feu follet Ras Bath, les deux opposants qui auront fait déborder son vase.

 

 Katito WADADA : LE COMBAT

 

Rédaction

Voir aussi

MASSACRE DES CIVILS À DIALLASSAGOU: La Minusma ouvre une enquête  

  La Minusma vient de déployer une mission d’établissement des faits au village du Diallassagou …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils