dimanche 26 septembre 2021
Accueil | Société | COVID-19 au Mali : 4 militaires français de l’opération Barkhane touchés par la pandémie  

COVID-19 au Mali : 4 militaires français de l’opération Barkhane touchés par la pandémie  

Quatre officiers déployés au Sahel ont été testés positifs au COVID-19. Trois d’entre eux ont été rapatriés en France. Il n’est pas indiqué s’ils ont contracté le virus sur place selon les médias français.

Quatre officiers français déployés au Sahel dans le cadre de l’opération anti-djihadiste Barkhane ont été testés positifs au coronavirus, a indiqué jeudi l’état-major des Armées. Il s’agit des premiers cas rendus publics parmi les forces françaises projetées en opération extérieures. « L’opération Barkhane a connu ses quatre premiers cas confirmés d’infection par le coronavirus », selon l’état-major.

L’opération anti-djihadiste Barkhane, forte de 5100 militaires, lutte contre les mouvements djihadistes en collaboration avec les pays du Sahel, Mali, Burkina Faso, Niger, Mauritanie et Tchad. C’est la principale opération extérieure des armées françaises.

Parmi ces quatre officiers, « un des patients est pris en charge et soigné sur place, et trois autres ont déjà été rapatriés » vers la France, « de même qu’un autre officier symptomatique sans pour autant avoir été testé », précise le porte-parole de l’état-major, le colonel Frédéric Barbry.

Ces quatre militaires étaient « arrivés en bande sahélo-saharienne il y a plusieurs semaines », indique-t-il, sans préciser dans quel pays exact ils étaient déployés, et s’ils ont ou non contracté le virus sur place.

Ces quatre officiers testés positifs au Covid-19, « arrivés en bande sahélo-saharienne il y a plusieurs semaines », sont « à ce stade asymptomatique ». Le diagnostic a été confirmé par des tests effectués sur place par le service de santé des armées, par un laboratoire biologique civil local ou à leur arrivée en France.

La mission Barkhane est-elle poursuivie ?

« Tous les cas contacts ont été identifiés et placés en quatorzaine en zone dédiée », souligne le colonel Barbry. « Ces cas de contamination » au sein de Barkhane, comme « les dispositions prises pour préserver le personnel de la force n’ont pas d’impact sur les opérations, qui se poursuivent à un rythme soutenu » dans la zone dite des trois frontières (Mali-Niger-Burkina Faso), réputée abriter le groupe État islamique au Grand Sahara (EIGS), assure cependant l’état-major.

Fin mars, la France a décidé de rapatrier jusqu’à nouvel ordre ses 200 militaires déployés en Irak, pays durement frappé par le Covid-19.

Par ailleurs, le ministère français des Armées déplore dans ses rangs un premier décès dû au coronavirus, a-t-il annoncé ce jeudi : il s’agit d’un employé civil du service d’infrastructure de la défense (SID), décédé le 30 mars à l’âge de 62 ans.

Komi

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Circulation alternée à Bamako: Un désastre sans fin pour les usagers !  

  La circulation alternée a débuté le 19 août 2019 durant le mois de ramadan. …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils