jeudi 1 octobre 2020
Accueil | Société | Bamako et la crise : Les secteurs administratifs inactifs !

Bamako et la crise : Les secteurs administratifs inactifs !

Au regard de la situation que connait notre pays, ce lundi 20 juillet  2020 à BAMAKO,

la désobéissance civile a fortement touché les services administratifs. De ce jour, seule la sécurité préoccupe les dirigeants à travers l’engagement des forces de l’ordre. Le mouvement de la circulation est moins dense, en dehors de l’animation dans le grand marché,  et les secteurs privés, et certains secteurs urgents sont fonctionnels. 

La désobéissance civile aurait-elle été minimisée? La question est là aux yeux des dirigeants de notre pays. Depuis quelques jours, sans précédent, les services étatiques sont menacés à travers la 3e sortie du M5-RFP. En dehors de cela, après l’échec de  la médiation de la CEDEAO dirigé par l’ancien président Nigérian Jonathan, la situation semble inquiétante. Les services administratifs, comme la cité administrative, l’AN, etc., ce lundi  semblent être  inactifs. Sauf les forces de l’ordre  sécurisent les services  publics de l’État. Chose qui déplorait l’exigence sociale, la démarche étatique, etc., mais le progrès national en principe. Malgré la médiation de la CEDEAO et des propositions du Président de la République pour la sortie de crise, la situation demeure toujours insoutenable avec d’énormes conséquences. Le M5-RFP dans son usage est déterminé à travers des rythmes   à long terme. Au regard de ces équivoques dans  la capitale malienne ce jour, lundi, a pris tristement un nouveau visage au regard de la circulation, les CCR de la police et les routes  barricades par les manifestants. Malgré  une faible ambiance dans  le grand marché, les services urgents et privés sont animés. Quand on sait que l’objectif du mouvement du 5 juin n’est autre que la démission du président de la République, la question à relever, qu’en est ce qu’on s’en sortira de cette crise qui paralyse aujourd’hui le Mali ? Pour l’heure, les services administratifs qui dépendent du gouvernement ne sont pas encore mis en place et cela fait presque un mois que le pays est sans gouvernement. Où va-t-on donc dans ce pays de Modibo et de Soudjata qui sont nos symboles en matière de bon dirigeant ?

Attendons donc…

Lassana Sow, Stagiaire

Malick Diancoumba

Voir aussi

Gouvernement de transition : le tambour bat à cœur ouvert

Le gouvernement de transition, décisif durant la période de 18 mois, sera bientôt formé pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils