dimanche 6 décembre 2020
Accueil | Société | Après la transition : Que reste-t-il du M5 ? 

Après la transition : Que reste-t-il du M5 ? 

Au début, il avait un objectif qui était la démission de l’ex-président de la République, mais aujourd’hui avec la période transitoire, quelles seront les directives  pour  le devenir de la coalition ? D’autant plus que la coalition est remplie de leaders de partis politiques.

 

Depuis la démission de l’ex-président  de la République survenu le 18 août dernier, le mouvement qui a précipité sa démission, commence à s’interroger sur sa propre existence en cette période de transition. Les prémices sur le possible de dislocation du mouvement commençaient à sortir du gouffre, notamment lors  des assises du 10, 11 et 12 septembre dernier, qui démontraient l’existence éphémère du mouvement. Puis avec la formation des membres du collège qui a désigné le président de la transition où le mouvement a vu sa force de frappe diminuée. Sinon, comment peut-on se rebeller contre un autre acteur qui a parachevé le travail commencé sous réserve de ne pas avoir la population à son dos? La raison pour laquelle le mouvement M5 s’est refusé de manifester contre certaines attitudes du CNSP envers eux. L’autorité morale du mouvement s’est éclipsé un peu des caméras depuis le renversement du pouvoir alors que son apport était l’un des atouts du mouvement. Que reste-t-il au M5 ? Vu qu’ils n’ont pas pu avoir la chance à briguer la présidence de la transition, le poste de Premier ministre,  reste la seule possibilité pour la coalition, surtout aux hommes politiques, de ne pas sortir les mains vides après tout cet effort déversé qui a conduit le président IBK à la démission. Aussi, une victoire qui n’aurait peut-être pas abouti sans l’intervention de Kati. Là aussi, un problème se pose. Selon la charte « toute personne qui rentrera dans les organes de transition ne sera plus candidat pour les élections présidentielles et législatives ».

Tous pour la coalition ou un retour dans la famille politique

Si la coalition a boosté l’image à certains leaders politiques, l’heure est venue pour eux de faire un choix entre leur famille politique avec ses idéaux et la coalition qui n’a plus d’idéal après la démission de l’ex-président. Beaucoup d’entre eux savent pertinemment que sans la coalition, ils n’auraient pas eu cette occasion de sentir la fraicheur du public. Mais il faut choisir, entre sa famille politique et la coalition qui commence à perdre l’élan avec la période de transition. Même si  à un moment donné Mme Sy Kadiatou Sow avait dit « nous n’allons pas renoncer à nous battre pour la refondation,» pour un parti politique conquérir le pouvoir est le seul objectif visé. Restant dans la coalition pour les élections beaucoup d’entre eux risqueront sans nul doute de perdre la face. Seul un retour dans la famille  politique leur permettra de se préparer pour les échéances prochaines d’ici une année et six mois où tout est possible pour avoir des électeurs. En tout cas des moments difficiles attendent les leaders politiques du M5.

 

À suivre

 

Lansine Coulibaly

Malick Diancoumba

Voir aussi

SECURITE ROUTIERE : Le gouvernement veut mettre fin à la pagaille des «Katakanin» et «mototaxis»

Dans le souci de lutter contre la prolifération anarchique des motos tricycles et des motos …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils