dimanche 26 septembre 2021
Accueil | Société | Après la mort du jeune Seïba à Kayes par un policier : Mahamadou Zoumana Sidibé, le gouverneur  de Kayes, déplore le meurtre

Après la mort du jeune Seïba à Kayes par un policier : Mahamadou Zoumana Sidibé, le gouverneur  de Kayes, déplore le meurtre

Le gouverneur de la région de Kayes s’est adressé solennellement à toute la population de Kayes en montrant son indignation et demande à la population à plus de retenue et regret profondément l’acte commis. 

La levée du couvre-feu a été annoncée par le PM Boubou Cissé vendredi dernier qui avait suscité des manifestations un peu partout en République du Mali, notamment à Kayes. C’est juste au-delà de 72 heures après la lève du couvre-feu, qu’un policier tire à bout portant  sur un jeune dans la nuit du lundi à mardi en lui ôtant la vie. Ce drame a ravivé la tension à Kayes, après une manifestation contre du couvre-feu. Mardi 12 mai dernier, le gouverneur de la région de Kayes sur  la chaine Kayes TV a publié un communiqué montrant son indignation et  exprimant ses condoléances à familles endeuillées. Ainsi, le Gouverneur ne dégage pas la responsabilité des autorités, mais un appel à la population. Et il s’exprime en ces termes : « partant du lundi, un danger est apparu qu’a permis la colère de toute la population. Un policier a tiré sur un jeune en lui ôtant la vie. Cette menace a obligé la manifestation de toute la population pour montrer leur colère, mais il (autorité) déplore en rendant hommage à toutes personnes privées de la vie. Malgré la situation exceptionnelle,  le gouverneur déplore de ce qui s’est passé et il décide ainsi d’appliquer la loi. Il montre aussi à la population de Kayes que tous les problèmes au-delà de la population seraient partagés. «Cet acte n’est ni la faute de la gendarmerie ni de la police ni la garde nationale, mais plutôt de l’accusé ».  À part, il exprime que ce geste n’a aucun rapport avec les autorités du pays parce que le rôle des uniformes à travers la police est d’assurer la sécurité des populations et non de leur priver de vie, en dehors et partout ou il faut. C’est pourquoi il n’existe aucunement la police sans le civil. Cette violence est juste une tache de la personne cible. Donc, il montre à la population que « c’est un acte meurtrier, et l’auteur est traité comme un assassin, et sera jugé de la sorte qui n’aura aucun rapport avec la tenue». Le Mali vit dans une situation difficile à travers l’insécurité du pays et l’injustice, ajouté à un couvre-feu et la législation qui a tracé des salives défavorables. Le régime répond-il ?

 

Lassana SOW, Stagiaire

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Circulation alternée à Bamako: Un désastre sans fin pour les usagers !  

  La circulation alternée a débuté le 19 août 2019 durant le mois de ramadan. …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils