dimanche 27 septembre 2020
Accueil | Société | AFFAIRE DE BŒUF BRULÉ VIF : Au-delà du mandat de dépôt contre Moustapha DIALLO  

AFFAIRE DE BŒUF BRULÉ VIF : Au-delà du mandat de dépôt contre Moustapha DIALLO  

Les animaux sont des êtres vivants, ils méritent d’être traités avec dignité et respect. Les crimes odieux commis sur un bœuf par Moustapha DIALLO et ses apprentis sont fortement condamnables et répréhensibles.

 

L’acte de cruauté causé sur un bœuf par Moustapha DIALLO alias Farabana Moustaph et ses hommes, a fait susciter de nombreux débats sur les réseaux sociaux. En effet, après avoir couvert un bœuf rouge dans un linceul rouge, ils l’ont jeté dans un feu ardent pour le bruler vif, pour raison de sacrifice à des fins personnelles. L’acte a été qualifié par plusieurs Maliens comme étant très odieux et criminel.

Suite aux critiques qui pleuvaient sur les réseaux sociaux, Moustapha DIALLO est apparu dans une nouvelle vidéo pour tenter de justifier son action. Dans cette seconde vidéo, il expliquait, que ce qu’il venait de faire n’avait aucun lien avec l’actualité sociopolitique du Mali et donc, qu’il ne s’agissait pas de défendre un tel ou un tel. Avec ces propos justificatifs, il s’est jeté dans un faux débat. Tout en aggravant la colère des uns et des autres. Car, la plupart des critiques visait plutôt l’acte criminel dont il était à l’origine et non la raison de son agissement.

Mieux, les propos justificatifs de Moustapha DIALLO ne prospèrent pas conformément à la loi n°2012-014/ du 24 février 2012 relative au bien-être animal délibéré et adopté par l’Assemblée Nationale du Mali en sa séance du 26 janvier 2012 puis promulguée par le président de la république. Au chapitre I de cette loi, son article 1er stipule qu’elle a pour objet d’assurer la protection des animaux contre les mauvais traitements, les usages abusifs, l’abandon et les souffrances inutiles ; l’article 18 stipule que quiconque aura, sans nécessité, publiquement ou non, exercé des sévices graves ou commis un acte de cruauté envers un animal domestique ou apprivoisé ou tenu en captivité, sera puni d’un emprisonnement de onze (11) jours à trois (03) mois et facultativement d’une amende de 10 000 à 100 000 francs. En cas de récidive, les peines seront portées au double.

Au-delà de l’acte criminel causé sur l’animal, Moustapha DIALLO doit être également interpellé pour exposition de personne à danger. En contemplant la vidéo, on constate que l’apprenti qu’il appelle Mahamadou et tous ses camarades sont exposés à d’énormes dangers. Il suffisait juste d’un faux pas pour qu’un des apprentis tombe dans le feu qui était grandement ouvert. Qu’allait-il faire, si cela arrivait ? Combien de fois, Moustapha a-t-il fait cette même pratique ? En fin, il demeure juste qu’il soit placé sous mandat de dépôt avec certains de ses complices. En attendant son jugement prévu pour le 30 juillet 2020 par le Procureur de Kati.

 

Dognoume DIARRA

Malick Diancoumba

Voir aussi

RECONSTRUCTION DE L’ARMEE MALIENNE : le grand défi de la renaissance !

Les Maliens doivent se souvenir du sang versé par les leurs pour la défense de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils