mardi 22 juin 2021
Accueil | Société | ACCUSE D’ÊTRE UN DEALER : Emmanuel Djiré enfermé et battu à mort par son père et son frère

ACCUSE D’ÊTRE UN DEALER : Emmanuel Djiré enfermé et battu à mort par son père et son frère

Emmanuel Djiré a été surpris par sa mère avec de la marijuana (ou cannabis). Celle-ci le gronde et se précipite pour informer son époux et son fils aîné pour qu’il soit puni. Hélas, la pauvre maman (Ténin Minkoro) était loin d’imaginer qu’elle venait de se mettre le doigt dans l’œil. En effet, Emmanuel a été enfermé et battu pendant quatre jours avant de rendre l’âme le 5e jour.

 

Enfermé et battu jusqu’à la paralysie pendant quatre jours, Emmanuel Djiré est mort au cinquième jour enfermé dans une chambre à double portail et à double tours. Le jeune Djiré était un dealer qui a été un jour surpris par sa mère. Affolée, celle-ci le gronde et va informer le père et le grand frère d’Emanuel afin qu’il puisse être puni et remis sur le bon chemin.

Le père et le grand frère de Emmanuel, Jacob et Joseph Djiré l’enferment et le battent pendant quatre jours d’affilée. Selon les voisins, les deux hommes demandaient souvent mains fortes à d’autres membres de la famille ou à des amis pour les aider à corriger le pauvre Emmanuel. Se doutant que quelque chose avait mal tourné dans la famille Djiré, les jeunes du quartier se sont réunis pour aller voir le père de famille afin de lui demander ce qui s’est passé réellement. Hélas au 5e jour, le 31 mars 2020 Emmanuel, n’était plus en vie.

Et Jacob Djiré leur répond froidement et le plus naturellement du monde, que leur ami n’était plus en vie. Selon lui, suite à une altercation familiale, son fils s’était plaint de courbature et de fièvre avant de rendre l’âme. A la grande surprise du groupe de jeunes, il leur annonça aussi que les funérailles de leur ami étaient programmées pour le 2 avril 2020 dans la famille Djiré à Kalaban-Koro.

Après investigation, on s’est rendu compte que le fils avait été enterré incognito dès le premier jour du mois d’avril et le papa vaguait à ses occupations. Confondu, il avoua qu’il avait agi ainsi parce qu’il ne voulait pas un regroupement à cause de la menace du COVID-19. C’est par la suite que les jeunes du quartier ont décidé d’alerter la police et la presse à fin que cet assassinat ne passe pas inaperçu.

Ils étaient déterminés à ce que la famille ne s’en sorte pas impunément. Selon les jeunes, Jacob est un homme puissant pour avoir occupé des postes importants dans le pays. Il a donc les bras longs pour donc s’en sortir impunément. Une chose que les amis du défunt refusent catégoriquement d’admettre.

Après plusieurs tentatives d’approche des amis du défunt, la famille a alerté la police pour se plaindre des jeunes, mais aussi, des journalistes qui cherchaient à recueillir des informations auprès de la famille Djiré. Selon nos dernières informations, le père Jacob et son fils Joseph ont été interpellés par le 16e arrondissement et déférés à la Maison centrale d’arrêt de Bamako-Coura.

Âgé seulement de 19 ans et figurant toujours parmi les meilleurs en classe, Emmanuel Djiré était un jeune qui venait d’avoir son bac. Selon le témoigna de ses amis, il était très calme de nature et n’était jamais violent ou agressif. Tout le temps maltraité à la maison par son père, les copains d’Emmanuel Djiré se moquaient même souvent de lui. Et à cause de cette violence qu’il subissait à la maison, le jeune homme n’aimait pas rester à la maison. « C’était dans la rue qu’il se sentait le plus à l’aise », nous confie ses amis avec beaucoup d’amertume !

Sory Diakité

Malick Diancoumba

Voir aussi

Liberté provisoire accordée à Rasta: Moins virulent à sa sortie du MCA après un mois de détention !

Par une lettre publiée sur les réseaux sociaux, M. Youssouf Bathily dit Rasta demande pardon …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils