mardi 17 septembre 2019
Accueil | Société | A la Direction nationale du Commerce et de la Concurrence : Une grève de 48 Heures en gestation !

A la Direction nationale du Commerce et de la Concurrence : Une grève de 48 Heures en gestation !

Les travailleurs de la DNCC (Direction nationale du Commerce et de la Concurrence) viennent de tenir une Assemblée générale pour faire le point des doléances que leur Comité syndical a déposé sur la table du gouvernement depuis déjà plus d’un an. Le Secrétaire Général dudit comité syndical, Nouhoum Sidibé, le Secrétaire aux Revendications, Souleymane Fané, ont égrené les différents points de revendication devant une foule nombreuse de militants. C’est en présence effective du Directeur Général de la DNCC, Modibo Kéïta.

Le Secrétaire Général, Nouhoum Sidibé, a axé son intervention sur l’amélioration des conditions de vie et de travail des agents.

A propos, Nouhoum Sidibé déclare qu’ils ne cherchent que l’amélioration des conditions de travail et de vie des agents de la DNCC. A savoir la dotation du service en matériels et mobiliers de Bureau ; le renforcement des moyens logistiques et sécuritaires ; l’octroi d’un statut particulier et d’un plan de carrière.

Au point 2, le Comité syndical demande le transfert de la Direction Régionale du Commerce et de la Concurrence du District de Bamako (DRCC) en un endroit approprié et sécurisé.

Au point 3, il s’agit du prélèvement de 0,25% sur la valeur FOB des intentions d’importation destiné au renforcement des capacités de la DNCC et la motivation du personnel.

En point 4, la création et l’équipement d’un centre de formation pour les travailleurs de la DNCC et les services rattachés.

Et en point 5, il s’agira l’audit du fonds du programme de vérification des importations(PVI) alloué à la DNCC sur les trois dernières années.

Un protocole d’accord avait été signé sur tous ces 5 points de revendication depuis le 28 juillet 2015, mais jusqu’au jour d’aujourd’hui, dans les faits, rien n’est exécuté par le Gouvernement.

C’est pourquoi, Souleymane Fané, Secrétaire aux Revendications, dira qu’en plus de la non application de ces points de revendication ayant déjà fait l’objet d’un accord, il manque d’eau potable, de chasses à eau, d’ordinateurs, de véhicules de travail, de badges, de photocopieuses, …

Egalement, il évoque la réparation des bornes fontaines, des véhicules pour les divisions. Bref, dit-il, les conditions de travail à la DNCC sont largement moindres et insuffisantes par rapport à celles de leurs homologues des impôts, des Douane, des Domaines et du Trésor.

En somme, les différents intervenants ont tous laissé entendre leur ras le bol au cours de cette AG, déroulée pacifiquement en présence du Directeur Général Modibo Kéïta, de son Adjoint et de tous les Chefs de divisions présents.

Prenant la parole, le DG Modibo Kéïta a, certes, reconnu tous les cas d’insuffisance quant aux conditions de travail et de vie de ses agents, mais, lui aussi, a énuméré tous les exploits réalisés depuis qu’il est à la tête de cet important service. Et il cite, entre autres, la réforme en cours à la DNCC qui prévoit l’optimisation du dispositif législatif et règlementaire ; l’élaboration en cours du document de la politique nationale de développement du commerce ; l’équipement et la gestion adéquats des infrastructures ; le renforcement des capacités de mobilité des agents ; le renforcement des capacités du personnel.

En chantiers ouverts, le DG Modibo Kéïta énumère  la construction de l’hôtel de Commerce sur le site actuel de la DNCC ; la mise en œuvre du manuel de procédures de la DNCC ; l’implantation des textes sur la concurrence et la protection du consommateur.

En fat, Modibo Kéïta a su mettre l’occasion à profit pour défendre devant les syndicalistes qui l’ont appelé camarade les acquis de leur service et les projets encours.

Au sortir de cette grande AG, le Comité syndical a décidé de délibérer sur le préavis de grève à déposer dans les jours avenir sur la table du Gouvernement de (l’autre) Modibo Kéïta.

Abdoulaye Faman Coulibaly : LE COMBAT

COULIBALY

Voir aussi

Immeuble effondré à Banconi: Des révélations poignantes !

  A Banconi Salembougou, le dimanche 1erseptembre,  un immeuble R+3, s’est effondré. Cet incident malheureux …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils