lundi 30 mars 2020
Accueil | International | À CAUSE DU CORONAVIRUS, BERNARD ARNAULT A PERDU 14 MILLIARDS DE DOLLARS EN UNE SEMAINE

À CAUSE DU CORONAVIRUS, BERNARD ARNAULT A PERDU 14 MILLIARDS DE DOLLARS EN UNE SEMAINE

Après une semaine de débâcle sur les places boursières mondiales, certains ont beaucoup perdu. Pour Bernard Arnault, Jeff Bezos, ou Bill Gates, les pertes se chiffrent en plusieurs milliards de dollars.

 

BOURSE –  La panique a gagné cette semaine les marchés financiers à travers le globe, Wall Street connaissant jeudi sa pire séance depuis le krach boursier d’octobre 1987.

Même s’il y a eu un spectaculaire rebond lors de la séance de vendredi, une dizaine de milliers de milliards de dollars de capitalisation boursière est partie en fumée.

“On a baissé après avoir monté extrêmement lors des dix dernières années. Ca a l’air brutal mais il faut se dire que la Bourse a fait trois pas en avant et un pas en arrière”, résume Gregori Volokhine, gérant de portefeuilles chez Meeschaert Financial Services.

Voici les grands perdants de la débâcle boursière.

Les plus riches

Les milliardaires, dont les fortunes sont investies dans les marchés actions notamment dans les entreprises qu’ils dirigent ou dont ils sont les principaux actionnaires, sont ceux qui ont le plus perdu.

Jeff Bezos, l’homme le plus riche du monde, a vu sa fortune investie dans Amazon fondre, de 117 milliards de dollars en fin de semaine dernière à 109 milliards vendredi, soit 8 milliards de dollars de moins en sept jours, d’après des chiffres en temps réel du magazine Forbes.

La fortune de Bill Gates, le co-fondateur de Microsoft, est, elle passée en une semaine de 108,2 milliards de dollars à 103 milliards vendredi, en baisse de 5,3 milliards.

Le Français Bernard Arnault, troisième homme le plus riche du monde et PDG de LVMH, a perdu pour sa part 14 milliards en une semaine, à 84,6 milliards.

L’homme d’affaires Warren Buffett, “l’oracle d’Omaha”, a été pénalisé par la déroute des compagnies aériennes, dont son groupe Berkshire Hathaway est un actionnaire important. Sa fortune est passée de 81,6 milliards en fin de semaine dernière à 76,3 milliards vendredi.

Mark Zuckerberg, qui complète le top 5, a vu sa richesse diminuer de 9,2 milliards de dollars à 62 milliards dans le sillage de la chute boursière de Facebook.

Toutes ces pertes sont néanmoins virtuelles car les grosses fortunes n’ont pas vendu leurs titres et pourront donc regagner l’argent perdu si les marchés se redressent.

Les retraités, les futurs retraités et les rentiers

La panique sur les marchés a entraîné un grand nombre d’investisseurs à se réfugier dans des actifs dits sûrs comme les titres de dette, et notamment la dette américaine.

Cette ruée a provoqué la chute des rendements de ces obligations, ce qui affecte les assurances-vie classiques et les contrats d’assurance-vie à annuités variables, dont une partie de la somme investie à la souscription fructifie selon les résultats de la Bourse jusqu’à la retraite de l’assuré.

Le taux des bons du Trésor à 30 ans, la plus longue échéance, était de 1,5% vendredi.

Les petits porteurs et épargnants

Le nombre de ménages américains possédant des actions, directement ou via des fonds, était, selon la dernière enquête de la Réserve fédérale sur le sujet, de 51,9% en 2016. C’est plus d’un Américain sur deux.

Ces actifs sont souvent contenus dans les plans d’épargne retraite 401(k).

Les investisseurs individuels vont donc avoir une mauvaise surprise lorsqu’ils vont recevoir leur prochain relevé. Ils verront sans doute que leur “fortune” virtuelle a diminué drastiquement, ce qui risque d’influencer leur comportement de consommateur. Or la consommation est le moteur de l’économie américaine.

“Ils ne vont plus acheter le dernier modèle d’iPhone qu’ils avaient prévu d’acheter et c’est là où l’impact va durer”, souligne M. Volokhine.

Fonds de pension

Leurs pertes sont aussi essentiellement virtuelles car ils ne vendent pas leurs titres et investissent sur le long terme.

La partie de leurs actifs investie dans les actions a énormément souffert, et celle mise dans les obligations rapporte moins car les rendements ont diminué.

Il y a une troisième partie des actifs, dont la performance est inconnue: l’argent confié aux hedge funds et aux sociétés de capital-investissement.

Il va falloir attendre la fin du premier trimestre pour avoir une idée claire des pertes liées à ce troisième pan car les fonds publient leurs performances trimestriellement.

Le divertissement, les loisirs et la restauration

Si un grand nombre d’entreprises va accuser un manque à gagner ponctuel, ce ne sera pas le cas pour les industries du cinéma, du théâtre, des croisières, du voyage et de la restauration qui ne pourront pas rattraper les dépenses perdues.

Disney est ainsi un des gros perdants.

Malick Diancoumba

Voir aussi

Au sommet du G5 Sahel: Les pays de l’espace doivent intensifier l’effort contre le Jihadisme 

Coopération France – Afrique: Ouverture des Rencontres Africa en présence du Vice-Président Duncan. Abidjan le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils