jeudi 1 octobre 2020

Du 9 au 17 mai, les commandos de la force Barkhane ont conduit une vaste opération dans le Gourma pour lutter contre les groupes armés terroristes (GAT). Au bilan, plusieurs terroristes ont été neutralisés. Des plots logistiques ont été démantelés permettant la saisie ou la destruction de très nombreuses ressources terroristes, dont une vingtaine de motos, de l’armement, des munitions et du matériel militaire. 

Retour sur l’engagement des commandos parachutistes dans cette opération. Pour cette mission, les commandos parachutistes ont pu s’appuyer sur les multiples spécialités représentées au sein du sous-groupement de commandos parachutistes (SGCP) à travers un groupe génie, une équipe Joint Tactical Air Controler (JTAC), une équipe médicale ou encore un mécanicien.

Conduite par le poste de commandement interarmées de théâtre (PCIAT), depuis N’Djamena, et par la cellule tactique du SGCP sur le terrain, une opération comme celle-ci a nécessité une réparation minutieuse afin que chaque équipier étudie les tâches spécifiques incombant à sa mission. L’opération consistait à reconnaitre dans la profondeur sur plusieurs centaines de kilomètres en véhicules, puis à s’infiltrer pour mettre en place des embuscades et reconnaitre des points d’intérêts dans une zone refuge GAT. Les infiltrations de nuit ont été particulièrement efficaces pour tromper la vigilance des GAT et ont ainsi permis au SGCP de surprendre l’ennemi à plusieurs reprises. De plus, « l’utilisation combinée des drones, et des commandos, au sol, a facilité le repérage et la neutralisation des GAT dans la région. L’excellente complémentarité de différentes capacités est un facteur de succès important sur ce type d’opération », nous a expliqué le capitaine Frédéric, chef de la cellule tactique du SGCP.

Au cours de cette opération, le SGCP a été appuyé par les Hélicoptères de Reconnaissance et d’Attaque (HRA) TIGRE et le sous-groupement commando montagne (SGCM), appartenant au groupement tactique désert aéro combat (GTD-A). Après une opération de fouille du SGCM, le SGCP a profité de la désorganisation de l’ennemi pour mener une reconnaissance de sa zone d’action et a découvert ainsi plusieurs plots logistiques, dont le matériel a été saisi ou détruit sur place, réduisant ainsi les capacités de soutien logistique des GAT. Plusieurs ravitaillements par air réalisés par le GTD-A ont également permis aux commandos de durer sur le terrain pendant plus d’une semaine et de parcourir près de 800 km hors-pistes, tout en préservant leur faible signature logistique, garante de leur légèreté et de leur mobilité. De retour à Gao, « les véhicules ont dû être remis en condition, car le matériel a été très sollicité par la rusticité du terrain et l’abrasivité du sable qui s’infiltre partout », a ajouté le capitaine Frédéric. Au bilan, cette opération s’est conclue par la neutralisation de plusieurs terroristes, la destruction de plus d’une vingtaine de motos, d’armement et de munitions, ainsi que de nombreux moyens de transmissions et du matériel militaire. « Les facteurs de succès de cette mission résident dans la rusticité et le très bon niveau de préparation des commandos, la complémentarité des moyens alloués et la bonne intégration des renforts », a conclu le capitaine Frédéric.

Le SGCP, par sa souplesse d’emploi et sa puissance de feu, offre à Barkhane un moyen privilégié de frapper les GAT, dans la profondeur et par surprise, jusque dans leurs zones de refuges, contribuant à maintenir sur eux une pression constante. Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération Barkhane a été lancée le 1er août 2014. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Burkina- Faso, Mali, Mauritanie, Niger, et Tchad. Elle regroupe environ 5 100 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires afin qu’elles puissent prendre en compte cette menace.

Aïssétou Cissé

Sources : État-major des armées Droits : EMA

Malick Diancoumba

Voir aussi

L’ex DG de Laïco-Mali écroué pour malversation financière

Selon des sources proches de l’Hôtel Laïco Amitié, L’ex Directeur général de la société Laïco-Mali …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils