mardi 11 décembre 2018
Accueil | International | MINUSMA : Après 5 ans, les Maliens insatisfaits

MINUSMA : Après 5 ans, les Maliens insatisfaits

Créée le 25 avril 2013 par la Résolution 2100 du Conseil de Sécurité des Nations-Unies, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), à trois mois de la fin de son mandat renouvelable, reste  aujourd’hui la force étrangère la plus désavouée par les Maliens. Plus de 5 ans, les raisons de leur mission restent toujours alarmantes.

Présente au Mali pour le rétablissement du climat de sécurité avec un effectif de 11.795 militaires dont plus de 10 nationalités (soit 88,8 % du nombre autorisé par le Conseil de Sécurité de l’ONU)  et tous les potentiels de sécurisation, la MINUSMA et ses alliés peinent toujours à offrir un environnement paisible aux Maliens.  Une situation, dont beaucoup d’observateurs jugent, incompréhensible. Car, ils n’arrivent toujours pas à comprendre le rôle de cette force, au début,  qualifiée salvatrice, contre les actes d’intimidations et des attaques incessantes des assaillants. Appelée pour une cause sécuritaire alarmante, la MINUSMA, à défaut de réaliser un bilan reluisant dans le principal but  de sa mission qu’est le rétablissement du climat et de sécurité d’antan, n’est, peut-on le dire, devenue qu’une force de mainmise et d’inaction pour beaucoup de Maliens interrogés par LE COMBAT. Pour rappel, lors du renouvèlement de son mandat en fin juin 2017,  avec un Budget d’environ 1.048.000.000 de dollars US (soit un montant incalculable de nos francs CFA), le Patron de la  MINUSMA avait annoncé la mise en place à Mopti d’une force de réaction rapide de plus de 600 militaires et des hélicoptères. Une unité qui va secourir désormais les populations civiles en cas d’irruption des assaillants .Une déclaration objective, mais qui est restée en vain mot, selon les Habitants de cette la Ve  Région qui est devenue une bourgoutière de mort depuis ce jour. Plus de  440 écoles sont fermées actuellement à Mopti et pire  encore la Région est devenue la terre la plus soumise aux opérations djihadistes depuis 2017. Plus de 800 personnes ont péri dans le pays, dont les 2/3 dans la Venise malienne depuis 2017. À  l’intérieur du pays comme dans la capitale, Bamako, les avis restent unanimes sur l’immobilisme de la MINUSMA. Selon Madou Konaré, Enseignant: «Parlant de la Sécurité, la MINUSMA est devenue une force d’immobilisme et d’inaction. Les Agents ne font, ici dans la capitale, que de belle vie avec nos sœurs depuis 2013. Rien de positif». Et quant à Fatoumata Sidibé, Fonctionnaire, elle n’y est pas allée avec le dos de la cuillère: «Qu’elle plie ses bagages à la fin de ce mandat. Depuis 2013, nous n’avons enregistré aucune avancée positive sur les causes principales de sa mission. Et nous ne voulons pas qu’elle se permette de faire une dizaine d’années ici comme l’ONUCI qui avait fait 13 ans  en Côte-d’Ivoire».

Avec un bilan sécuritaire  chaotique et d’intervention non satisfaisante, pour beaucoup de Maliens,  la MINUSMA n’a plus sa raison de rester. Ainsi, à la fin de ce mandat véreux et budgétivore voué à l’échec, certains veulent  qu’elle plie bagage.

Seydou Konaté : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Après la mort de George H.W. Bush, des hommages affluent du monde entier

La présidence de George H. W. Bush, mort à 94 ans vendredi 30 novembre, aura …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :