vendredi 18 juin 2021
Accueil | Société | Transition Civilo militaire : où est passé l’emblème de la refondation ?

Transition Civilo militaire : où est passé l’emblème de la refondation ?

De véritables questions se posent sur l’avenir du Mali. Ceux qui l’ont mis dans une posture ou impasse qui ne dit pas son nom, seraient en vue, d’un regard qui ne ment absolument pas, vu le contexte dans lequel il (Mali) a été embourbé, humilié et trahi.

 

Qui indexer ? Personne d’autre que ses propres fils, ses propres enfants, les enfants qui ne se reconnaissent plus dans son cœur. Un Mali où l’honneur et le patriotisme étaient le maître mot ou sinon le propre des citoyens qui faisaient la différence du Malien à ceux des autres du monde. Les enfants de nos jours n’ont pas reçu ces cultures de la tradition, de l’habitude critique aux déshonneurs, entendez par là, par, de nombreux actes corruptifs en le mettant à genoux, sur le plan financier bien sûr. Difficile en tout cas de retrouver en nous le bon cœur ou la bonne intention pour une véritable refondation de ce pays, qu’on clame depuis un certain temps. Le Mouvement du 05 Juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) annonçait cela dès le début de leur contestation massive (refondation du Mali), en demandant à l’appui la démission pure et simple du président Ibrahim Boubacar Kéïta dont le mandat a fini par s’écourter par le coup de force du 18 août 2020. Un coup d’État qui, en temps voulu, annonçait cette lumière en pandore par une troupe de colonels qui nous faisaient revivre, et bien en songe, une vraie refondation qu’on n’a finalement entendue qu’à travers des discours. Mais en actes, c’est tout autant le contraire qu’on sent ou que l’on constate depuis le commencement, c’est-à-dire la méthode utilisée pour installer les autorités transitoires, du président de la transition au gouvernement, en passant par le Conseil national de la transition sous le sigle (CNT). De tous ces bords, une pluie de contestation a vu le jour. Du haut de cette irruption sur la scène politique des militaires, l’espoir renaissait pour un nouveau Mali, une véritable nation sans honte. Les discours prononcés ou annoncés, d’une refondation, par les militaires putschistes tardent à se concrétiser ; car ils ne sont absolument pas en harmonie avec les réalités sur le terrain. Beaucoup s’interrogent sur cette question de refondation, mais il n’en sort aucune réponse en allant dans un sens positif. Selon Cheick Mohamed Thiam, cette transition a dérapé depuis la première semaine. Ces jeunes en armes, bien qu’ils soient des alphabétisés, sortant de grandes écoles, ne sont aucunement une référence. IBK, selon certaines sources, est sorti de Sorbonne mais pour quel résultat ? Ce fut le président le plus décrié que le Mali ait connu !

Moriba DIAWARA

Malick Diancoumba

Voir aussi

Fin d’un règne au CSDM: Mohamed Chérif Haidara perd son latin

Fin d’un règne au CSDM: Mohamed Chérif Haidara perd son latin En conflit ouvert depuis …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils