lundi 21 septembre 2020
Accueil | Société | Sondage de la Fondation Tuwindi sur les institutions : 54%, 80% et 79% des Maliens pour le départ respectivement d’IBK, Moussa Timbiné et Boubou Cissé

Sondage de la Fondation Tuwindi sur les institutions : 54%, 80% et 79% des Maliens pour le départ respectivement d’IBK, Moussa Timbiné et Boubou Cissé

Selon un nouveau sondage, publié la semaine dernière par la fondation Tuwindi, les Maliens sont défavorables au maintien du Président de la République, son Premier ministre et l’Assemblée Nationale. Les 739 réponses réalisées dans les 11 localités couvrent la totalité des régions du pays.

Le sondage publié le vendredi 14 août 2020 clarifie la perception des Maliens sur la demande de la démission du président de la République, celle du Premier ministre, Dr Boubou Cissé, et à la dissolution de l’Assemblée nationale, mais surtout le combat mené jusqu’ici par le M5-RFP à travers la désobéissance civile depuis quelques semaines dans la capitale, Bamako.
Selon les résultats obtenus à partir du sondage, les Maliens ne sont pas favorables aux trois premières institutions du pays dont ils demandent la démission de leurs responsables à travers la contestation du M5-RFP.
Par ce sondage, il ressort que sur les 739 réponses réalisées dans les 11 localités, à savoir dans la quasi-totalité des régions du Mali, où ce sondage a été réalisé, 54 % des sondés contre 46 % sont favorables au départ du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta.
De même, le Premier ministre, Dr Boubou Cissé, est contesté à plus de 79 % des personnes sondées. Ceux-ci disent être favorables pour sa démission contre seulement 21 % qui soutiennent de ne pas approuver cette demande. Cette demande peut s’expliquer par la contestation, mais surtout la demande faite par l’Imam Dicko pour la démission du Premier ministre. Il est aussi contesté au sein des partis de la majorité présidentielle, de même que ceux réunis au sein du M5-RFP, voire certaines organisations de la société civile.
Au sujet de l’Assemblée nationale du Mali, le même sondage relève que 80 % de Maliens se sont montrés favorables à la dissolution de cette institution. Pour rappel, plusieurs députés élus lors des dernières législatives font l’objet de contestations au point que la médiation de la CEDEAO dans la crise malienne a demandé la démission des 31 députés contestés afin de réorganiser des élections législatives partielles.
La stature du M5-RFP a fait par ailleurs l’objet de sondage de la fondation Tuwindi auprès des Maliens. Ainsi, les sondages montrent que 77 % des Maliens s’inscrivent dans la logique de la lutte du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), 52 % des personnes sont favorables à la forme de la désobéissance civile. Et enfin, 41 % des sondés disent adhérer aux recommandations de la CEDEAO issue du sommet extraordinaire des chefs d’État.
« Ce sondage est le fruit d’une recherche scientifique menée par Tuwindi. Les résultats ne sauraient aucunement être confondus avec la position de Tuwindi sur la crise politique actuelle au Mali », a rappelé la Fondation Tuwindi, tout en indiquant que les Maliens sont unanimes en grande partie sur la dissolution de l’Assemblée nationale et la démission du Premier ministre Boubou Cissé. La mise en application de tels points pourrait selon cette Fondation faire baisser les tensions et même participer à la résolution de la crise.
En réalité, ce sondage met en cause la crédibilité de la CEDEAO qui est perçue par les Maliens comme une organisation ayant la volonté d’imposer son diktat. Cette fondation dit espérer que ce sondage pourrait alors servir de schéma pour les négociations futures pour une sortie de crise rapide.
Bourama Kéïta

Malick Diancoumba

Voir aussi

TRANSITION POLITIQUE AU MALI : vers un bras de fer CNSP/CEDEAO ?

Comme il fallait s’y attendre, la CEDEAO aura pris le contre-pied des résolutions prises par …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils