lundi 8 août 2022
Accueil | Société | SOCARCO : Une boîte d’exploitation des Maliens ?

SOCARCO : Une boîte d’exploitation des Maliens ?

Créée en octobre 2003, Socarco-Mali SARL est une société du groupe Sisag (Société ivoiro-suisse abidjanaise de Granit). Elle compte de filiales au Bénin et au Burkina Faso. Officiellement, elle intervient dans l’exploitation du sable, du gravier, du bloc, d’enrochement, en gros toutes substances composant la catégorie des carrières. En plus de la matière première, l’entreprise s’adonne à une exploitation de son personnel.

Plus de 300 jeunes venant de la Commune rurale de Mountougoula et de Bamako sont employés par Socargo, est une société de droit malien. Étant très sollicitée pour la qualité de ses produits, Socargo se donne comme sport favori l’exploitation de ses travailleurs en vue de maximiser ses profits. Selon des sources dignes de foi, l’entreprise dispose de moyens pour mettre son personnel dans les meilleures conditions.
A en croire nos sources, Socargo est une entreprise dont les produits sont diversement appréciés. Elle serait même l’une des entreprises les plus sollicitées dans son domaine. Cependant, malgré l’importance de son capital, l’entreprise les maintient dans la précarité. « Nos salaires sont dérisoires et cela malgré l’énormité de nos efforts », nous dira un employé de l’entreprise sous couvert d’anonymat.
Pour d’autres sources, l’exploitation de l’homme par l’homme y est monnaie courante. « Nous travaillons tous les jours sauf les dimanches, donc manquons de repos. La qualité de l’alimentation est assez mauvaise. Nous n’avons pas d’eau potable. En réalité, au lieu d’exploiter uniquement les gravillons… Socargo nous exploitent ». La moindre attitude de revendication conduit au licenciement.
Les sources poursuivent, l’entreprise est en complicité avec l’inspection du travail qui reçoit des moyens colossaux pour éviter tout procès avec un employé au détriment de l’entreprise.
Avec comme slogan « Aller toujours plus loin pour vous satisfaire », il est temps que Socargo comprennent qu’il n’ira jamais plus loin sans ses hommes et femmes maltraités, piétinés et négligés…
Toutefois, il faut retenir que malgré l’exploitation dont se disent victimes nos concitoyens, que les qualités des produits de l’entreprise Socargo sont de très bonne qualité.
Nous y reviendront dans nos prochaines parutions…
Dognoumé Diarra et Korodio Coulibaly LE CONFIDENT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

VIE CHÈRE AU MALI: La population à bout de souffle !

  À Bamako comme à l’intérieur du pays, les prix des denrées de première nécessité …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils