dimanche 13 juin 2021
Accueil | Société | Sit-in au ministère de l’Industrie et du Commerce : Les travailleurs de la DFM exigent la démission de Mme Kadiatou Faye

Sit-in au ministère de l’Industrie et du Commerce : Les travailleurs de la DFM exigent la démission de Mme Kadiatou Faye

Hier, mercredi 13 mai 2020, les travailleurs de la direction des finances et du matériel étaient en sit-in dans l’enceinte dudit ministère. Ceux-ci revendiquent le respect du droit syndical, l’amélioration des conditions de travail, mais aussi dénoncent la gestion calamiteuse de la directrice de la DFM, Mme Kadiatou Faye.

 

Les événements qui se passent au sein de ce département ministériel sont regrettables selon les travailleurs.  En plus du harcèlement syndical, s’ajoutent le dossier DFM et le dossier AZI qui est aujourd’hui à 23 mois sans salaire, a déploré un agent lors de ce sit-in.

Pour eux, les travailleurs de la DFM sont victimes de flatterie. « Chaque fois qu’on sollicite le ministre, il a autre objectif que le problème des travailleurs », dénonce un autre agent.

Karim Coulibaly, secrétaire administratif du comité syndical représente le Secrétaire Général, absent à l’occasion, ne cache pas son amertume face aux difficultés du ministère de l’Industrie et du Commerce à satisfaire l’amélioration des conditions de travail.

« Nous avons des problèmes au niveau de la direction des finances et matériels. D’abord, nous avons un problème de dialogue. Le syndicat n’est associé à aucune prise de décision. Et il est regrettable que nous soyons chaque fois devant les faits accomplis. Alors que le syndicat devrait être consulté pour chaque sujet avant la prise de décision », a contesté un agent sur  les choix de la hiérarchie.

Selon le représentant du secrétaire, le comptable matière a été limogée alors que la directrice du DFM rassure au comité que son licenciement n’a rien avoir avec les réclamations sans pour autant donner les causes.

En plus  de cela, les conditions de travail de la DFM du ministère industrie et Commerce sont vraiment regrettables. « Il y a des jours où le personnel manque de simples papiers rame pour travailler. Les machines et les appareils sont très vétustes,  et les chaises n’en parlent pas. Il y a un groupe électrogène, en cas de coupure, le groupe n’alimente que les deux premiers étages pendant ce temps, le troisième est privé de lumière et pourtant, c’est là qu’on signe les engagements, les contrats, c’est là aussi qu’on fait l’étude et l’élaboration du budget », s’est indigné M. Karim Coulibaly.  Raison pour laquelle, explique-t-il, on avait fait un premier sit-in le 24 avril 2020. « Selon le compte rendu, si nous n’obtenons pas gain de cause, on va lancer un préavis de grève au niveau du DFM », lance un avertissement au ministre Mohamed Ag Erlaf.

Pour rappel, plusieurs lettres ont été adressées au ministre, mais n’ont reçu aucune réponse. Les tentatives de Synacom n’ont rien accouché. À la fin du sit-in, une nouvelle note sera déposée. « S’il n’y a pas de suite, nous allons déposer un préavis de grève ».

En plus de ça, le comité réclame l’abrogation du décret de nomination de Mme Kadiatou Faye, directrice des finances et du matériel du ministère de l’Industrie et du Commerce à cause de sa mauvaise gestion des ressources humaines et financières. « On demande que le personnel soit représenté aux réunions. Depuis sa nomination, le personnel n’est associé à aucune prise de décision », dénoncent les travailleurs.

Il y a nécessité d’acquérir le matériel bureautique, les consommables qui manquent, affirment les travailleurs. Ils ont  demandé une acquisition de véhicule de liaison et un second groupe électrogène lors de ce sit-in.

Mais aussi, réclament-ils que toute nomination devrait  désormais être signalée au syndicat au préalable pour éviter qu’on importe des compétences d’ailleurs alors qu’il en existe en interne.

Komi

Malick Diancoumba

Voir aussi

LITIGE FONCIER DANS LA ZONE DE RECASEMENT DE SOTUBA: Niamakolo Coulibaly réclame une parcelle de droit coutumier qui a été établie par l’Etat en titre foncier depuis 1915

Dans la zone de recasement de Sotuba, Mme Niamakolo Coulibaly réclame une parcelle de son …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils