samedi 25 juin 2022
Accueil | Société | SECURITE ROUTIERE : un plan à l’étude pour la capitale

SECURITE ROUTIERE : un plan à l’étude pour la capitale

Dans le cadre de l’amélioration de la circulation routière dans le District de Bamako, le secrétaire général du ministère des Transports, Makan Fily Dabo a présidé, la semaine dernière à Azalaï Grand hôtel, la rencontre des partenaires dans le domaine de la sécurité routière. L’objectif était l’examen du rapport provisoire de l’étude pour l’amélioration de la sécurité routière dans le District de Bamako. Etaient présents à cette rencontre, le représentant de la BAD, Abdoulaye Tandina et le directeur général de l’Agence nationale de la sécurité routière, Mamadou Konaté. A cette occasion, le chef de la mission, Sylvain Lassarre a expliqué que l’étude a préconisé un plan d’action à partir du diagnostic sur les risques routiers dans la capitale et des données recueillies avec les forces de police. Le gros des risques est constaté au niveau des engins à deux roues et des piétons. Le directeur de l’Agence nationale de sécurité routière dans son premier plan d’action, recommande de développer un système d’information pour les accidents sur l’ensemble de la ville. Il s’agit de mettre en place une plateforme web qui permettra de situer tous les lieux des accidents grâce aux gendarmes et aux policiers qui localiseront ces accidents à l’aide des Smartphones. Pour cela, il a sollicité la coordination de tous les agents de la circulation routière et des services de secours et des soins et la mise en place d’un numéro commun d’appel et un centre de régulation qui fait la répartition des victimes. Actuellement, chacun travaille dans son coin sans plan, sans coordination ni programmation. En outre, le développement du réseau des pistes à Bamako pour les engins à deux roues qui sont actuellement à 70% du trafic est nécessaire, a-t-il préconisé. Sylvain Lassarre a indiqué que dans la conception du projet sur la sécurité routière, le port des casques est l’urgence primordiale et ce problème du port doit être absolument résolu ainsi que celui des traversées des piétons. Le représentant de la BAD, Abdoulaye Tandina a souligné que leur établissement financier a décidé d’accompagner le gouvernement du Mali pour s’acheminer vers la réduction des accidents mortels. Et la Banque africaine de développement a accordé un don de 207 millions de F CFA qui a été mobilisé à travers des fonds fiduciaires coréens. C’est sur ce fonds que l’étude a été réalisée pour que le gouvernement malien puisse réduire le taux des accidents mortels dans le district de Bamako.
INFO SEPT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

ASSEMBLÉE ORDINAIRE DU GPAC: Les responsables s’engagent pour la mise en œuvre des recommandations

    Le Groupement professionnel des agences de communication du Mali (GPAC) a tenu, hier …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils